Avis sur

Le Corps de mon ennemi par Aymeric Walden

Avatar Aymeric Walden
Critique publiée par le

Leclerc (Belmondo) est l'ancien gérant du club le plus branché de Cournai (Nord). Immersion dans la grande bourgeoisie, il prend d'abord pour maîtresse la fille (Marie-France Pisier, remarquable en grande bourgeoise) Liégard (un ponte du textile interprété par Bernard Blier), sans sentiments. Il s'agit pour lui de simple vengeance sociale. Fils de syndicaliste, le petit Leclerc était un gosse humilié par sa condition modeste. Alternant les prises de flash-back et de présent, le film de Verneuil ne brille pas par sa morale dépassée. Mais ca fait tout de même plaisir de retrouver le bagout audiartien dans la bouche d'un Bebel charismatique. Et vas-y que Belmondo est le plus fort, l'alpha, l'homme de la situation, de toutes les situations, à la répartie mémorable. Il met la fille Liégard dans son lit avec quelques belles paroles sur la confiture de sa grand-mère. Il était respecté et aimé de tout le monde. Et voilà-t-y-pas que sa réputation est mise en miettes par une cabale organisée par les barons de la drogue pour le faire accuser d'un crime qu'il n'a pas commis sur la personne d'une star du foot et de sa pute, dans son club même, l'acculant à la vindicte populaire. Leclerc crie vengeance. Et tout le film va résider dans son enquête pour retrouver les vrais coupables et se venger d'eux, après avoir purgé 7 ans de prison. En vérité, l'enquête est un peu simple. Et le film vaut autant pour sa réalisation (musique comprise) que pour retrouver Belmondo dans son rôle de bablet macho. Prises de vue sur l'homosexualité, la transexualité, post-68arde. Discours régressif mais bien drôle. On est quand même un peu déçu de la superficialité avec laquelle Belmondo incarne un rôle taillé sur-mesure le sourire hypocrite aux lèvres. Toute la profondeur du personnage étant contenue dans son background d'acteur charismatique, de gueule du cinéma français, de mauvais garçon aux tendances ainsi qu'au bagout anarcho-droitistes, d'irrésistible tombeur de ces dames. A ce sujet la seule femme qu'il ait aimée est son amie d'enfance jouée par Nicole Garcia, sublime en amoureuse dévouée.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 440 fois
16 apprécient

Autres actions de Aymeric Walden Le Corps de mon ennemi