👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Imparfait mais loin d’être mauvais !

Pas étonnant que ce film soit imparfait quand on sait que Welles estimait qu’il n’y avait rien de lui dans ce film et qu’il n’était, selon lui, qu’un moyen pour prouver à l’industrie hollywoodienne qu’il était à même de faire un film standard. Cependant, il faut pas lui ôter tout intérêt ! Si on est bien loin de l’ambition d’un Citizen Kane, il faut reconnaître que le travail sur les ombres est absolument renversant. Les personnages y sont comme englués dans une noirceur claustrophobique. Le jeu entre ombre et lumière est permanent et accentue poétiquement la dimension cauchemardesque du récit. L’obscurité emprisonne les personnages avec une réelle élégance. Le clair et l’obscur se répondent sans arrêt, offrant au film un esthétisme certain et une atmosphère angoissante. Le jeu d’ombres constant traduit aussi, en substance, l’idée des personnalités doubles du couple au cœur de l’intrigue mais aussi l’idée d’un passé sombre et celle, bien sûr, d’une menace à venir. L’ombre joue donc ici un rôle narratif, elle participe au récit en plus d’y apporter un raffinement dramatique. Souvent, d’ailleurs, les corps des personnages ne se résument qu’à des ombres projetées sur les murs.

Mais si l’on devait retenir une seule séquence, ce serait probablement celle de la diffusion des images des camps de la mort. Scène marquante, déstabilisante, violente et à la mise en scène sublime : c’est l’horreur de l’image qui illumine la pièce et les visages.

Pour ce qui est de l’histoire (à laquelle on résume trop souvent les films...), elle n’a rien d’incroyable et manque éventuellement d’ambition mais elle coche les cases du bon film noir : le méchant échappe aux gentils à l’aide d’un complice et se fait avoir à la fin. Si on n’est pas subjugué, on n’est pas non plus déçu. Imparfait donc mais pas sans intérêt. Imparfait... mais pas mauvais !

citizen_ben
7
Écrit par

il y a 2 ans

Le Criminel
Sergent_Pepper
7
Le Criminel

Stalk around the clock

Le troisième film d’Orson Welles est, de son propre aveu, un exercice dans ses relations complexes avec les studios : il s’agit d’honorer un contrat et de prouver qu’il peut se comporter en bon...

Lire la critique

il y a 5 ans

22 j'aime

Le Criminel
guyness
5
Le Criminel

Un Orson bien mal léché

Bien sûr, il y a une certaine ambiance et deux-trois grands acteurs qui justifient ma note complaisante. Le reste ? Un sujet gâché, un scénario qui regorge d'incohérences, prévisible 10 kilomètres à...

Lire la critique

il y a 10 ans

13 j'aime

6

Le Criminel
blig
6
Le Criminel

Orson Welles 117 : Harper ne répond plus

John Huston au scénario, Welles derrière et devant la caméra en compagnie de Robinson et Loretta Young et une superbe affiche estampillée Lion d'Or 1947... tout est réuni pour faire un grand film. Et...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

4

L'Enfer
citizen_ben
8
L'Enfer

Après le beau temps : la pluie

La première partie du film s’attache à nous immiscer dans le quotidien tranquille d’un couple. La mise en scène, d’une douce sobriété, accentue la quiétude dans laquelle baigne ce couple interprété...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

1

Le Colocataire
citizen_ben
8

L’éloquence des silences

Minimaliste dans sa mise en scène, ce film s’illustre dans tout ce qu’il couvre, cache et masque. Ce film est à la fois silencieux et criant. Tout ce qui n’est pas dit est pourtant entendu,...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

4

Lux Æterna
citizen_ben
7
Lux Æterna

Magnétique !

Une plongée exaltante et suffocante dans l’espace étriqué d’un tournage catastrophe. En plus d’offrir des dialogues savoureux et mordants, Lux Aeterna permet à Gaspard Noé de s’illustrer en...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime