Volonté de revanche

Avis sur Le Dernier Face à face

Avatar Zolotoï
Critique publiée par le

Membre du trio des Sergio avec Sergio Leone et Sergio Corbucci, Sergio Solima a eu la malchance d’être écrasé par l’aura de Sergio Leone. Et pourtant ce Faccia a Faccia mérite d’être connu. Film bien structuré, efficace, sublimant tous les codes des western spaghetti tournés à Almeria, il n’a rien à envier à la Trilogie du Dollar de Leone, aidé en cela par le scénario du quatrième Sergio, Sergio Donati.

Le personnage le plus travaillé de Faccia a Faccia est Brett Fletcher (le légendaire Gian Maria Volonté) qui incarne un professeur humaniste pris en otage par le bandit sans foi ni loi Beauregard Bennett (Tomas Milian, très photogénique avec sa moumoute). Le thème est à peu près l’inverse de l’Homme Qui Tua Liberty Valance. L’homme civilisé se range du côté de la loi des armes et de la raison du plus prompt à tirer. Brad Fletcher va devenir peu à peu un bandit cruel et impitoyable. La raison de son changement semble être l’humiliation infligée par son supérieur hiérarchique « Votre défaut, c'est le manque de volonté, vous avez toujours subi les événements ». Combien ont basculé dans l’illégalité suite à des vexations apparemment anodines du pouvoir ? Et retrouvé ainsi la violence qui se cache en chacun de nous derrière le vernis de la culture.

Fletcher deviendra donc plus inhumain que Beauregard qui est pourtant plus apte à dégainer qu’à dialoguer. Sa culture de professeur ne lui sert qu’à justifier ses actes : « Quand un individu est violent on le traite de criminel. Mais quand une masse d’individus est violente, on écrira qu’elle agit pour l’Histoire ». Constat souvent démontré au cours de l’Histoire.

Le Dernier Face à Face alias Il Etait Une Fois En Arizona ( je trouve les deux titre un peu faiblards en français), a été en outre un modèle pour d’autres classiques.
Les deux hors-la loi ont la particularité d’être les chefs d’une bande appelée la Horde Sauvage.
Le film de Peckinpah intitulé de même sortira deux ans après en 1969. Quand à Beauregard ce sera le nom du héros de Mon Nom Est Personne sorti en 1973.

Quant au face à face du titre il concerne également un troisième mystérieux personnage, le détective de l’agence Pinkerton dénommé Siringo (William Berger et son regard bleu électrique), chargé de faire appliquer la loi. Pour cela Siringo (hommage à un écrivain-détective qui portait le même nom) n’hésitera pas à tuer un shérif pour gagner la confiance de Beauregard...

Film nihiliste et amoral, avec musique de Morricone en prime, Faccia a Faccia est un classique parmi les classiques du western. Bien que pénalisé par son titre français et amputé de certaines scènes par les distributeurs, il a largement sa place parmi les légendes filmiques de l’Ouest sauvage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 24 fois
1 apprécie

Zolotoï a ajouté ce film à 1 liste Le Dernier Face à face

Autres actions de Zolotoï Le Dernier Face à face