👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dans l'Ouganda d'Idi Amin Dada les ados marchent au pas

J'aime l'Histoire et plus particulièrement celle du continent Africain au XXe siècle.
En manque de films sur le sujet, je me suis attaqué à ce film biographique quelque peu atypique: au lieu de se centrer directement sur son sujet historique, il se place du point de vue d'un personnage fictif proche de celui ci, en l’occurrence celui du jeune médecin Nicholas Garrigan.
La démarche, bien que déjà vue dans ce contexte, est habile, et permet de présenter Amin Dada à travers le prisme d'un personnage possédant des code sociaux et venant d'un univers connus pour le spectateur européen.

Le hic, c'est que ce personnage m'a fortement agacé tout au long du film: un jeune type faussement entreprenant, un peu trop confiant en lui, capricieux, effronté, fayot et naïf. J'ai eu du mal a ressentir de la sympathie pour lui, d'autant plus qu'il n'endosse jamais les conséquences et les responsabilités de ses actes.
Cependant, je reconnais que le personnage est bien écrit et que l'on arrive vite à le cerner, ce qui témoigne l'efficacité de son introduction.
Sa faiblesse face à la chair lui fait le plus défaut, et ce trait de personnalité est efficacement amené par le personnage de la femme médecin européenne au début du film. On comprend sans problème qu'un tel personnage soit fasciné par une figure de pouvoir arbitraire, figure toute puissante pouvant accéder à ses envies.

Le film est selon moi trop axé sur le personnage principal et sur son attachement avec Kay Amin que sur sa relation directe avec le dictateur. Les scènes vraiment intéressantes d'interaction entre les deux protagonistes restent malheureusement trop rares et éparses.
En outre, si on comprend que le but du film n'est pas tellement de parler du régime d'Amin Dada mais d'Amin Dada lui même, force est de constater que le basculement de personnalité du tyran s'effectue trop brutalement et prématurément. Dès lors, les mêmes ressorts de tension sont répétitivement utilisés: Garrigan est pris à parti par Amin Dada, lequel ressent la nervosité de son "singe blanc" et lui demande d'en expliquer la teneur... On a déjà vu plus fin.

Enfin, je pensais que le film donnerait une présentation plus ubuesque, extravagante ou romancée du tyran, que ce soit dans la forme ou dans le fond, dans les pitreries comme dans les horreurs. J'ai trouvé qu'au final, le film restait trop académique et conventionnel dans le traitement de cette personnalité.

Je tiens à mentionner que la scène du discours dans le village au début du film est vraiment réussie: Amin Dada y apparaît à la fois puissant, sympathique, suspicieux et énigmatique.

Le traitement du personnage de la femme médecin à la fin du film est également intéressant: elle détourne le regard de ce qu'est devenu le héros.

En définitive, je trouve que ce film constitue un film biographique honnête.
En attendais-je trop ?

Wakobu67
6
Écrit par

il y a plus d’un an

Le Dernier Roi d'Écosse
Before-Sunrise
7

Scotland Hard

Film à la narration classique s’il en est, Le Dernier Roi d’Ecosse possède tout de même une faille de taille : celle de mêler la fiction à un fond totalement réel. En effet, si la retranscription de...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

1

Le Dernier Roi d'Écosse
Sergent_Pepper
4

La dictature d'Hollywood

De bons acteurs. Un beau sujet. Un bon début. Mais des connards en chemise à manche courte que je vois bien, autour d'une table en acajou dans un grand studio, dire au scénariste : il faut que ça...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

1

Le Dernier Roi d'Écosse
Gwimdor
4

Critique de Le Dernier Roi d'Écosse par Gwimdor

J'étais prêt à adorer ce film en le lançant tout à l'heure, le contexte intéressant qui permettait de développer ce biopic et d'en faire quelque chose de passionnant et un casting en or, j'apprécie...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

5

La Route d'Eldorado
Wakobu67
6

Goldé ?

Au détour d’une visite à la maison, un ami de la famille remet un CD-rom dans mes petites mains d’enfant de 5 ans. Sur la galette, un jeu vidéo mettant en scène deux lascars espagnols cherchant à...

Lire la critique

il y a 7 mois

2 j'aime

2

The Gentlemen
Wakobu67
4

J'ai pris mon pied mais c'est vraiment pas fameux

En fait je crois que j'ai du mal avec le cinéma de Guy Ritchie. Il y a quelques semaines je regardais Snatch et j'ai retrouvé à peu près les mêmes tares que chez le petit frère. J'ai l'impression...

Lire la critique

il y a 4 mois

2 j'aime

2

Kingdom Come: Deliverance
Wakobu67
7

Un moyen-âge trop contemporain ?

Fini ainsi que toutes ses extensions. J'ai du un peu pousser sur la fin pour en venir à bout, les jeux sont devenus trop longs :) Bravo pour la tentative de reconstitution d'un royaume de Bohème...

Lire la critique

il y a 5 mois

1 j'aime