👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ça aurait pu être chouette.

Mais pour ça je pense qu'il aurait fallu assumer plus clairement le côté 'petites histoires/nouvelles de l'amérique profonde' en gardant, pourquoi pas, un lien narratif entre les différents récits. Mais tout orchestrer autour de ce personnage principal, c'est un peu chiant, ça casse un peu la dynamique de chacune de ces petites histoires. De plus l'auteur appuie un peu trop son message, ça en devient vite lourd, alors qu'il suffisait de laisser les personnages s'exprimer au travers des situations.

La mise en scène poisseuse fonctionne, mais le tout reste un peu trop lisse. Les acteurs sont bons, pas de doute là-dessus, mais n'ont finalement pas beaucoup l'occasion de s'exprimer, de jouer. Les effets spéciaux fonctionnent, la reconstitution est globalement convaincante.

Bref, film décevant.

Fatpooper
5
Écrit par

il y a plus d’un an

1 j'aime

4 commentaires

Le Diable, tout le temps
Cave_et_Nagui
6

Presque. Il manque 2 heures de film finalement.

Bon, j'ai vu The devil, all the time et je suis partagé. C'est quand même très bien filmé (la photographie, les lieux, c'est superbe), les acteurs sont très convaincants (Tom Holland et Robert...

Lire la critique

il y a plus d’un an

33 j'aime

5

Le Diable, tout le temps
Seingalt
8

He felt lucky that someone was giving him a ride

Le Diable, tout le temps, c'est une multiplicité de personnages dont les destins violents s'entrecroisent. La violence, la vengeance et la religion sont les dénominateurs communs à toutes ces pauvres...

Lire la critique

il y a plus d’un an

26 j'aime

Le Diable, tout le temps
Lordlyonor
8

“Les dieux existent : c'est le diable.”

Citation de Jean Cocteau Je déteste la religion, et apparemment Antonio Campos aussi, une sordide alliance vient de se créer dans la haine...du moins le temps de cette critique. C'est vrai qu'il...

Lire la critique

il y a plus d’un an

23 j'aime

5

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

98 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27