👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Citation de Jean Cocteau

Je déteste la religion, et apparemment Antonio Campos aussi, une sordide alliance vient de se créer dans la haine...du moins le temps de cette critique. C'est vrai qu'il n'est ni rare ni compliqué de s'en moquer, mais outre la tournure sérieuse de son thème là ou la plupart choisissent de le placer dans une comédie, Antonio décide de s'attaquer au cœur du problème, à ceux qui créent dieu, les hommes. Il va même prendre un certain plaisir à montrer qu'il crée leurs propres religion qui les mènera à leur perte.

Bon il est d’abord bon de préciser le contexte géographique, on est face à des gens qui on sans cesse peur du nouveau (il considère comme des étrangers des gens s'installant au village il y a plus de 9ans), ils sont isolés et géographiquement opprimés par les hauteurs, en soi un lieu parfait au développement durable des plus grosses idioties permises par leurs esprits décervelés, et ça ne va pas leur manquer.
Pour détruire le mythe il faut d'abord par commencer à s'attaquer aux symboles, et pour ça quoi de mieux que de remettre la sainte crucifixion du Christ à la réalité, non ce n'est pas une mort belle et rapide, mais une scène de torture odieuse ou l'on meurt lentement et dans d'atroce souffrance, et je ne parle même pas des animaux qui ne vont pas hésiter à chopper un peu de cher entre temps. Face à cette réalité indéniable que Dieux le tout miséricordieux ne nous sauvera pas du mal, il était donc normal que Willard, personnage centrale de cette première partie du film, arrête de ressentir le besoin de parler au seigneur. C'est d'ailleurs durant cette période qu'il va revenir vivant de la guerre, rencontrer l'amour et fonder une famille, il ne va revenir près du seigneur que quand il sera heureux, preuve que ça ne sert finalement pas à grand chose. C'est même ça qui va le tuer quand on y pense, bien que le cancer de sa femme n'aide pas beaucoup. La croix a transformé sa tristesse en rage et sa rage en bêtise, allant même jusqu'au meurtre et au suicide. Ce n'est même pas tant la religion qui l'a tué que le fait qu'il place sa montagne d'espoir sur quelque chose qui n'existe pas, donc forcément une fois la supercherie révélée, tout s'écroule. Et c'est d'autant plus vrai avec ce cher Roy qui croit à Dieu jusqu'au bout même après avoir vu par 2 fois qu'il n'existait pas, ce qui va le conduire à sa mort.


J’sais pas s’il y de bonnes raisons à agir comme un monstre. Tout
c’que je sais c’est qu’il y a un bon paquet de salopard de bons à rien
ici-bas. Et que si tu ne les bouffes pas en premier, ils ne vont pas
se gêner pour le faire. C’est la loi de la jungle… ou plutôt celle des
hommes, ou serait-ce celle du démon ? Qu’importe ! Dans tous les cas,
je ne me laisserais pas faire !


Malgré sa fin tragiquement pieuse, Willard donnera quand même un début de réponse à cette hystérie divine général. Dieu n'existe pas, mais le diable résonne en chacun de nous. C'est d'autant plus vrai quand on voit les Henderson à la messe et le révérant Preston réciter la bible. La religion materne ses fidèles et les guide dans une bulle d'auto-persuasion abrutissante, il suffit aux pires salopards de jouer avec les limites de cet endoctrinement pour faire de ce petit patelin un véritable enfer. Seul celui qui a décidé de se battre contre les dit salopard s'en sort alors vivant, il va même dans un certains sens faire un acte religieux en tuant un à un les démons des environs, avant de fuir cet enfer. Même la voix omnisciente, omnipotente et devin va se placer extérieur à la religion, dans la réalité.
Finalement il y a un certain divin dans cette histoire, mais pas celui auquel on pense, un divin né de l'horreur, ou toutes les rencontres entres nos personnages vont appeler la mort, ou seuls ceux qui ont vu celle-ci éloignée de tout fantasme peuvent espérer en réchapper. Finalement comment ne pas perdre foie face à ce divin malsain, partout et tout le temps ou on se surprends à creuser toujours plus profondément dans l'horreur, la décadence. Finalement on ne se pose pas la question si la religion a empêché le mal, mais si elle ne lui a pas donné une tout autre dimension.


Coup de feu, cris pleurs...Est-ce cela l'enfer, ou le silence qui les précède ?


Lordlyonor
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Journal d'un renard, pour être rusé il faut se cultiver (2020) et Les meilleurs films de 2020

il y a plus d’un an

23 j'aime

5 commentaires

Le Diable, tout le temps
Cave_et_Nagui
6

Presque. Il manque 2 heures de film finalement.

Bon, j'ai vu The devil, all the time et je suis partagé. C'est quand même très bien filmé (la photographie, les lieux, c'est superbe), les acteurs sont très convaincants (Tom Holland et Robert...

Lire la critique

il y a 2 ans

33 j'aime

5

Le Diable, tout le temps
Seingalt
6

He felt lucky that someone was giving him a ride

Le Diable, tout le temps, c'est une multiplicité de personnages dont les destins violents s'entrecroisent. La violence, la vengeance et la religion sont les dénominateurs communs à toutes ces pauvres...

Lire la critique

il y a 2 ans

26 j'aime

Le Diable, tout le temps
Lordlyonor
8

“Les dieux existent : c'est le diable.”

Citation de Jean Cocteau Je déteste la religion, et apparemment Antonio Campos aussi, une sordide alliance vient de se créer dans la haine...du moins le temps de cette critique. C'est vrai qu'il...

Lire la critique

il y a plus d’un an

23 j'aime

5

Joker
Lordlyonor
10
Joker

C'est beau la folie putain J'ai enfin plus peur de m'ennuyer

Titre extrait de "C'est Beau La Folie" de Lomepal Je spoile Bon on s'attaque à du lourd parce que Le Joker est sans aucun doute le meilleur film de 2019 -"Mais Lyo y'a 20 jours tu nous disais que...

Lire la critique

il y a 2 ans

48 j'aime

9

Play
Lordlyonor
8
Play

Réaliser cent utopies pour que les espoirs dépassent enfin la nostalgie

Citation de D. Wynot C'est moi ou ce film vous fait pas penser à Casseurs Flowters , Des histoires à raconter ? Commençons 2020 avec un film que je ne voulais pas voir à la base, la bande annonce...

Lire la critique

il y a 2 ans

47 j'aime

7

Mourir peut attendre
Lordlyonor
8

Inspirez à fond, un seul coup suffira. Qu’il soit gagnant.

Citation de James Bond (Quantum of Solace) Je vais dévoiler certains moments de l’intrigue C’est un peu bizarre de commencer à parler de James Bond par No Time To Die, surtout quand on sait qu’il...

Lire la critique

il y a 9 mois

47 j'aime

11