Surveillance rapprochée

Avis sur Le Dossier 51

Avatar peterKmad
Critique publiée par le

Amis paranoïaques, voici un film à même de nourrir notre psychose. On nous invite à suivre les investigations hautement intrusives d'un service d'espionnage non-identifié, concernant un haut-fonctionnaire de l'État français récemment nommé à un poste d'importance à l'étranger. L'objectif est de trouver une faille, une brèche, dans existence de ce diplomate, afin de le manipuler ou de le faire chanter, et qu'il devienne, volontairement ou pas, un agent double.

Plutôt que de nous servir le schéma habituel pour ce genre d'intrigue, ce qui consisterait à suivre les actions des différents protagonistes (enquêteurs et/ou victimes) de l'histoire, on nous offre ici de découvrir l'évolution de l'enquête, jours après jours, via les documents (photos, enregistrements, témoignages d'agents infiltrés, vidéos) compilés par la cellule d'espionnage en charge de l'opération. L'intégralité de la vie de cet homme se retrouve donc scrupuleusement décortiquée par une équipe de spécialistes du renseignement, pour qui tout les moyens sont bons, au-delà de toute forme d'éthique ou de respect de la vie privée, pour obtenir les informations les plus pertinentes (d'ailleurs sur le même genre de thématiques, je vous conseille chaudement "Conversation Secrète" de Coppola). Y compris les détails les plus intimes, dont un certains nombres d'éléments dont le sujet ignore plus ou moins l'existence. Ensuite, le fruit de ces recherches est offert en pâture à une équipe de psychologues bien retors qui vont se faire un plaisir d'analyser le personnage en profondeur pour mettre à jour ses secrets et ses points faibles.

Le ton neutre et quasi-documentaire avec lequel est présenté cette histoire souligne avec une grande efficacité l'infamie de genre d'enquête, la cruauté intrinsèque de ce genre d'opération de renseignement. L'individu n'est qu'une source d'informations, rien d'autre. Son vécu, son existence n'est qu'un outil redoutable laissé entre les mains expertes d'une poignée de manipulateurs déshumanisés. De plus, les psychologues sont des créatures démoniaques, qui se nourrissent d'âmes humaines (qui en aurait douté ?).

Plus sérieusement, en plus d'offrir une bonne histoire d'espionnage, amenée d'une manière tout à fait originale et satisfaisante, "Dossier 51" est une bonne source de réflexion sur les effets pervers de la surveillance, sujet bien plus prégnant à notre époque qu'en 1978, au vu des dispositifs techniques existants désormais dans ce domaine. Je vous laisse, il faut que je termine de monter la cage de Faraday que j'installe dans mon appartement...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1784 fois
28 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de peterKmad Le Dossier 51