et le dépucelé

Avis sur Le Fanfaron

Avatar Elg
Critique publiée par le

Bruno Cortona, un égocentrique qui roule à 100 mille à l’heure autant à bord de sa Lancia Aurelia que dans sa vie personnelle. Belle pièce d’homme, beau parleur, charismatique, séducteur et bullshiteux. Roberto Mariani, un étudiant en droit, réservé, bien rangé, timide et sans défense. Ce dernier a le malheur d’ouvrir sa porte au premier pour lui permettre de faire un téléphone. Quelques minutes plus tard, il se retrouve contre son gré sur le siège passager de la décapotable de son invité impromptu en direction du restaurant le plus proche. Un kidnapping à la douce. S’en suit un road trip initiateur de 24 heures. Roberto va apprendre comment conduire en fou, comment séduire tout ce qui bouge, comment parler pour plaire à ses auditeurs, même s’il n’en a rien à cirer, tout en tentant d’en tirer profit financièrement. C’est une histoire par-delà le bien et le mal. Un jeune vierge de corps et d’esprit se voit corrompre par un adulte dépourvu de morale. « C’est le plus beau jour de ma vie! » s’exclame Roberto avant de se retrouver dans le fond d’un ravin à la suite d’un dépassement de trop de son maître d’un jour. Vivre abusivement en dehors des règles de l’éthique peut mener à notre perte. C’est le message que Dino Risi nous livre à travers cette tragi-comédie percutante qui va contribuer à définir la spécificité du cinéma italien. Une nouvelle vague prenant son élan davantage sur le fond que sur la forme. Il est secondé ici par deux acteurs accomplis en Jean-Louis Trintignant et Vittorio Gassman qui forment un duo ange et démon parfait.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 30 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Elg Le Fanfaron