Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Mort sur le Nil.

Avis sur Le Fils de Spartacus

Avatar DjeeVanCleef
Critique publiée par le

Péplum macabre aux magnifiques décors Egyptiens avec Steve Reeves et c'est quand même plus crédible que si Corbucci avait jeté son dévolu sur Fernandel.

Comme si on faisait un Predator avec le mec qui jouait dans "Le pianiste".

Avec Steve Reeves pas d'erreur, surtout qu'en lui rasant sa barbichette, oh surprise, l'énergumène se trimbale une fossette ! Entretenant une filiation bienvenue avec papa Spartacus Kirk Douglas dans le péplum de Kubrick, plus que le comique méridional au chevalin sourire toujours.

Place à Randus, centurion un brin rebelle - comme papa -, favori de César, en poste en Egypte.

Qu'on jette un esclave mutin à la mer et son sang ne fait qu'un tour, sa mini-jupette aussi !

"Croisière" sur le Nil, larges cuisseaux, traversé du désert - au propre - sous un soleil de plomb - comme au figuré -, Flûtine arabisante, capturé, enchaîné, libéré par un acolyte qui ronge tes liens, Reeves est plus mauvais qu'il est possible d'expliquer - tu imagines ? Un type ronge tes liens avec ses dents...-, embuscade avec avalanche de rochers en papier mâché, un méchant archi méchant qui donne à manger à ses murènes des gens bien vivants et un super-héros Centurion/Gladiateur...

Un film qui se laisse regarder, Corbucci insufflant dans ce genre moribond sa violence, sa noirceur et son sens inné de l'esthétisme - voir ces crucifiés en plein désert -.

Il réalisera Django une poignée d'années plus tard.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 421 fois
23 apprécient

DjeeVanCleef a ajouté ce film à 2 listes Le Fils de Spartacus

Autres actions de DjeeVanCleef Le Fils de Spartacus