👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Shuhei Hirayama est le personnage presque omniprésent de "Le goût du congre". Mais qui est son modèle ? Qui influence le mieux leur groupe d'amis ? Le testament philosophique de Yasujirô OZU (son dernier film avant sa mort en 1963) semble incarné par M. Shuzo Kawai. Celui-ci poursuit l'idéal d'une vie de qualité. Il craint que Shusei, à l'image de leur ancien professeur, refuse de marier sa fille par égoïsme, puis tombe dans la déchéance et l'alcoolisme.

Kawai critique la confusion des générations qui frappe les hommes vieillissants, prêts au sacrifice des filles pour assouvir leurs instincts égoïstes. Les scènes de boisson avec l'ex-professeur sont d'un humour douloureux. Kawai se moque des veufs quinquagénaires qui privent leur fille de mariage pour assurer leur confort familial. Il propose à Shusei un jeune homme pour Michiko, sa fille de 24 ans. Et pour le convaincre, il monte un canular. M. Horié, un de leurs amis, aurait déjà présenté le prétendant à une autre jeune fille... Shusei surmonte alors ses hésitations, incite Michiko à opter pour le mariage.

Ce blagueur de Kawai récidive ! Il fait croire à Shusei que Horié ne viendra pas à leur soirée. Pourquoi ? s'étonne Shusei. Car il est mort d'une attaque. En effet, pour tromper son veuvage, Horié vient de se remarier avec une jeunette. Ses nuits torrides lui auraient été fatales ! Un humour noir qui dénonce le sacrifice des jeunes filles, privées d'un époux de leur âge par des veufs démangés par le sexe.

OZU entrelarde ses histoires dramatiques d'humour et de musique légère. Une petite ritournelle de violons et de xylophone batifole de scènes en scènes avec ses flonflons insouciants. Dans un bar, Shusei retrouve un matelot, dont il a été le capitaine pendant la guerre. Le matelot est aux anges, réclame l'hymne de la Marine. Sur ses notes martiales, tous multiplient le salut militaire dans une scène cocasse où les souvenirs de guerre deviennent mythiques. Non, OZU n'est ni nationaliste, ni militariste ! Shusei nie que la victoire du Japon aurait été préférable. La défaite lui convient parfaitement.

Le titre japonais synthétise mieux le film que "Le goût du saké". Le congre est une grosse anguille carnassière. Il symbolise la voracité des mâles sur le déclin, enclin à tomber dans des dépendances indignes. L'alcoolisme, certes, mais aussi la luxure ou d'autres formes d'égoïsme. Après le mariage de Michiko, Shusei se saoule pour noyer sa tristesse et sa solitude. Maintenir une vie digne est un long processus, à franchir étape après étape, dans une lutte silencieuse contre une part de soi-même.

lionelbonhouvrier
9

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Top 100 FiLmS, En BoNnE CoMpAgNiE (2017/2022) et YASUjiRô OzU

il y a 4 ans

6 j'aime

8 commentaires

Le Goût du saké
Gizmo
9

Point et ligne sur plan

Le plus frappant à cette xième vision c'est l'incroyable formalisme de ce film. Presque chaque plan est habité de lignes droites. A l'extérieur, ce sont les enseignes lumineuses des bars, la...

Lire la critique

il y a 9 ans

53 j'aime

8

Le Goût du saké
SanFelice
9

Scènes de la vie conjugale

On reconnaît très vite un film d'Ozu. D'abord par les cadrages si particuliers, faits à la hauteur d'un homme à genoux. Mais aussi par la description si juste de son époque, et par la finesse des...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

3

Le Goût du saké
pphf
8

Le goût du congre (debout)

Dernier film d'Ozu, le goût du saké ne peut pas être tenu pour son testament artistique - tout simplement ... parce qu'il n'avait pas pu programmer l'heure de sa mort précoce. Cela dit, sa place...

Lire la critique

il y a 8 ans

29 j'aime

Pensées
lionelbonhouvrier
10
Pensées

En une langue limpide, un esprit tourmenté pousse Dieu et l'homme dans leurs retranchements

Lire BLAISE PASCAL, c'est goûter une pensée fulgurante, une pureté de langue, l'incandescence d'un style. La langue française, menée à des hauteurs incomparables, devient jouissive. "Quand on voit le...

Lire la critique

il y a 7 ans

26 j'aime

Le Cantique des Cantiques
lionelbonhouvrier
9

Quand l'amour enchante le monde (IVe siècle av. J.-C. ?)

Sur ma couche, pendant la nuit, j’ai cherché celui que mon cœur aime ; je l’ai cherché et je ne l’ai point trouvé. Levons-nous, me suis-je dit, parcourons la ville ; les rues et les places, cherchons...

Lire la critique

il y a 7 ans

21 j'aime

7

Shéhérazade
lionelbonhouvrier
8

Une pute est-elle une femme ?

Gueule d'Amour sort d'une taule pour minots de Marseille. Pas de daronne - quelle misère ! L'éducatrice le cornaque au foyer. Zachary fugue aussitôt, rallie ses potes d'un quartier nord. Hélas pas de...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

8