J'ai touché le fond (de la piscine)

Avis sur Le Grand Bain

Avatar LadyFromParis
Critique publiée par le

Huit quadras/quinquas abîmés par la vie (dépression, échec professionnel, échec amoureux...) forment une équipe de natation synchronisée masculine. Avec la douce mais peu autoritaire Delphine, ancienne alcoolique et star de natation synchronisée puis l'autoritaire mais efficace Amanda, ancienne sportive paraplégique, ils décident de participer au championnat du monde de natation synchronisée masculine.

Avec un Benoît Poelevoorde au bout de sa carrière, un Mathieu Amalric au bout de sa vie, un Guillaume Canet à bout de nerfs (et tant d'autres au bout de tout), ce film s'illustre par ses personnages tristement réels. Il n'y a pas de héros, personne n'a vraiment le beau rôle, tout le monde souffre et tout le monde continue, sans toujours savoir pourquoi.

Les personnages ont leurs failles mais celles-ci ne les définissent pas : on ne s'appesantit pas trop longtemps sur les problèmes des uns et des autres (par exemple, au début, Bertrand parle de sa dépression mais on n'assiste pas à ce qui se dit précisément : ce n'est pas la peine, on a saisi la teneur des propos et surtout, cela alourdirait inutilement le film).

Avec de très jolies images et une écriture assez subtile (portée par des acteurs qui sont tous très bons), ce film emporte sans aucune difficulté dans cette quête certes improbable mais libératrice du titre de champions du monde. On s'émeut (sans fondre en larmes), on rit (jamais du physique de qui que ce soit, malgré ce que pourraient suggérer les tenues révélatrices des acteurs), on reconnaît parfois quelqu'un ou on se reconnaît soi-même tout au long de ces quasi deux heures que l'on ne voit pas passer.

Loin des clichés du type "Finalement ma vie était formidable et je ne m'en rendais pas compte", on accepte l'idée qu'en moyenne, les gens ont tous une vie compliquée, qu'on a tous des problèmes, que la dépression de Bertrand, "tout le monde la fait". Et qu'on a le droit de vouloir être fier, de vouloir une médaille, d'attendre quelque chose mais surtout le droit d'aller chercher ce qu'on veut. Véritable ode à la parole, au fait de pouvoir se confier sans crainte d'être jugé, ce film a les moyens de faire du bien à beaucoup de gens.

Bref, une espèce de The Full Monty à la française, exaltant sans être euphorique et parfois délicieusement absurde.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 170 fois
1 apprécie

Autres actions de LadyFromParis Le Grand Bain