Le parrain Bettoun

Avis sur Le Grand Pardon

Avatar Ugly
Critique publiée par le

Ce portrait d'une savoureuse canaille, dont le charme tient à la description chaleureuse d'un clan au langage fleuri, qui vit dans le respect du dieu d'Israël et le mépris de la légalité, peut gêner quelque peu, car présenter ces bandits comme des braves gens tend à faire oublier qu'ils ont du sang sur les mains. C'est un peu le piège de ce genre de film qui rend ses bandits sympathiques. En fait, ils sont très proches des mafieux sicilo-américains, mais ils se démarquent par l'importance donnée aux traditions culturelles et religieuses (cérémonie de la circoncision, jour du "grand pardon", celui qui malgré la loi divine sera un jour de vengeance pour son héros).
La peinture du milieu juif et pied-noir évite la caricature de justesse, c'est juste pittoresque quand Hanin dans quelques scènes en fait un peu trop, et le film qui lorgne vers le Parrain (la fête du début est un clin d'oeil évident au mariage des Corleone), comporte de grandes qualités, à une époque où le cinéma français n'aimait pourtant plus le cinéma populaire.
L'un des atouts de cette fresque haute en couleurs tient moins aux manoeuvres policières qui sont sans surprise, mais plutôt dans la description psychologique d'un univers spécifique et de ses composants (le milieu juif pied-noir).
Mais la grande force de ce film est son casting magistral : en tête un Roger Hanin impérial dans une période pré-Navarro où il était encore acceptable, qui compose un portrait de boss extra ; à cause de sa faconde exubérante, de son autorité et de son charme épais, Raymond Bettoun met le spectateur dans sa poche, et pour ça, Hanin colle parfaitement au personnage. Il est suivi par la composition très sobre de Trintignant en flic pugnace, raciste et cynique, Berry et Darmon excellents qui se regardent un peu en chiens de faïence, Anny Duperey superbe en poule de luxe, Robert Hossein qui fait une petite apparition de caïd finissant par amitié de longue date pour Hanin, et une flopée d'acteurs épatants comme Benguigui, Bohringer, Giraudeau, Mestral ou Bacri, vraie révélation quasi comique de ce polar très réussi qui vaut bien par son ambiance, son rythme et certaines scènes violentes de nombreux polars américains.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 260 fois
12 apprécient · 10 n'apprécient pas

Ugly a ajouté ce film à 10 listes Le Grand Pardon

Autres actions de Ugly Le Grand Pardon