👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Choisir un film sur lequel je peux déverser ma haine n'est jamais chose aisée pour un personnage de mon acabit.

Je suis très bon public : je m'amuse de rien, je suis ce qu'on appelle un grand bêta distrait et il faut pas grand chose pour que je passe une bonne journée. Je ne sais pas quoi vous dire, je suis une sorte d'optimiste, en somme, et parfois ça me révulse d'être affublé de connaissances pénibles.
On m'a initié aux arts graphiques, on a fait de moi un esthète, notez je m'en plains absolument pas, c'est tout à fait dé-li-cieux de survoler sur la plèbe en soirée mondaine en étouffant votre environnement intime de diatribes complexes, qu'ils oublieront dans les deux jours car la plupart d'entre eux naviguent dans le Grand Tout.

Au fond, je suis très stupide, je remarque les détails inutiles en me moquant de l'essentiel. Ça fait de moi un individu condamné à l'extinction.

Or donc, quand il s'agit d'un film que je connais depuis l'enfance, pour lequel j'éprouve une forme d'affection, il n'y a que l'amertume pour assaisonner la salive que je gaspille dans les très longs débats arrosés de bières honteusement gâchées où je m'évertue à défendre les classiques de la comédie grand guignol des années 60 où De Funès, Lefebvre, Blier, Maillant et d'autres en étaient les grands princes.

Autant le dire tout de go, Le Grand Restaurant n'est pas un bon film.

Cela, pour une excellente raison : le divertissement dure exactement 85 minutes, mais ne peut vous divertir - si vous êtes bien dans vos pompes - que sur environ 40, voire 45 minutes, soit la moitié du métrage.

À la rigueur, c'est un excellent moyen-métrage et je vous conseille vivement d'aller le regarder, ça vaut son pesant de gags burlesques, de trouvailles de mise en scène et de petites mimiques bien De Funès, gourmandes à souhait pour qui veut voir un immonde grand bourgeois de Paname en train de ridiculiser ses employés dans un palais de la gastronomie frânçâise.

D'autant que, je crois fort que la profession - encore aujourd'hui - est noyée par des individus de ce genre.

Vous ne me croyez pas ? Bah hé, comment notre réputation de bouffeurs de plats hors de prix s'est-elle construite à votre avis ?

Avant de m'égarer outre mesure dans les bas-fonds de la démago gastronomique, voilà la raison du ratage de ce film : ils ont voulu surfer sur la vague des films d'espionnage et de contre-espionnage, très en vogue à l'époque avec les Sean Connery/Roger Moore pour affrioler Madame Tefal qui vota Giscard pour continuer à profiter du pouvoir d'achat. Mais malheureusement, c'était raté.

On passe d'une comédie hilarante où il y a véritablement des prouesses, et j'aimerais vraiment que vous fassiez l'effort de voir le bordel et de vous arrêter, attention, voilà le safe moment :

"Quand le président sud-américain disparaît, vous devrez arrêter de regarder ce film."

Si vous voulez une comédie dans le même genre qui reste impeccable d'un bout à l'autre sans jamais ménager ses effets de manche : vous n'avez qu'un film avec De Funès à regarder, c'est Faites Sauter la Banque. En plus de défendre un propos très similaire, c'est bien mieux maîtrisé, bien monté, bien dirigé. J'y reviendrai bientôt.

Sinon, pour le contre-espionnage en mode cocorico, vous avez Fantômas - même s'il y a des défauts, c'est franchement pas trop crade et je devrais même pas avoir à le dire ça. Accrochez-vous.

Vous voyez cette voiture-là ?
Elle est impeccable, voilà ce qu'elle a.
À l'occasion, je vous mettrai un p'tit coup de polish.

Si vous avez l'immense courage d'aller au Grand Restaurant, et de rester jusqu'au fromage, faites l'effort de sauter le dessert, puis le café par la même occasion.


DIGRESSION DISGRACIEUSE #2


il y a 4 ans

Le Grand Restaurant
Tonto
8

La grande bouffe

Tout le gratin de Paris connaît le prestigieux restaurant de M. Septime (délicieux Louis de Funès), un chef si réputé qu'il en a d'ailleurs pris le melon. Aussi, c’est tout naturellement qu’une...

Lire la critique

il y a 2 ans

20 j'aime

9

Le Grand Restaurant
Play-it-again-Sam
7

De Funès en salles et aux fourneaux

La première moitié du film est du pur de Funès. Pour une raison, d’abord, bien simple : c’est lui qui a quasiment écrit toute la première partie du film. Ce projet, qui lui tenait à cœur depuis de...

Lire la critique

il y a 9 mois

18 j'aime

9

Le Grand Restaurant
pierrick_D_
6

Critique de Le Grand Restaurant par pierrick_D_

Septime est le patron d'un célèbre restaurant gastronomique où se presse le Tout-Paris.Mais sa vie devient un enfer lorsque le président Novalès,chef d'un état sud-américain,est kidnappé en plein...

Lire la critique

il y a 5 mois

12 j'aime

7

Super Mario Odyssey
NictimystesInfrafren
5

J'ai pas l'habitude de m'occuper des cas comme ça

Nous y voilà. Super Mario Odyssey. Replaçons les choses dans le contexte : j'ai été très frustré que cette Nintendo Switch sorte. Déjà, parce qu'elle a retardé la sortie de Zelda BOTW - tu m'y feras...

Lire la critique

il y a 4 ans

10 j'aime

6

Hardcore Henry
NictimystesInfrafren
4

L'Homme aux Milliards de Visages

Ça a le cachet d'un film d'action ultra-boursouflé de thunes, normal la Russie a mis son nez là-dedans. Par ailleurs, le casting est ventru de slaves, la totalité de l'intrigue se déroule dans un...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime

1

Flinthook
NictimystesInfrafren
8
Flinthook

Robflint Williamshook

Les types qui ont monté ce truc, pardonnez, je suis pas d'humeur et voilà un moment déjà que je me demandais comment aborder le sujet sans leur cracher violemment dans le fond de la gorge. Alors,...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime