Affiche Le Guépard

Critiques de Le Guépard

Film de (1963)

La fin d’un monde

Avant d’être un film, Le Guépard est l’unique roman d’un extravagant écrivain. Giuseppe Tomasi, 11e prince de Lampedusa et 12e duc de Palma, et le dernier mâle d’une famille que des biographes obséquieux font remonter à l’empereur Titus, mais dont la présence est attestée à Sienne, au Moyen Âge, puis en Campanie. Au XVIe siècle un Tomasi migre en... Lire la critique de Le Guépard

53 8
Avatar Step de Boisse
10
Step de Boisse ·

Dans ce luxe qui s’effondre

[Série "Dans le top 10 de mes éclaireurs : Confucius] Le voyage dans le passé que propose le Guépard n’est pas vraiment nouveau. Le cinéma à compris, dès son plus jeune âge, à quel point il pouvait faire vibrer l’illusion et l’immersion dans des décors et des mœurs d’un autre âge. Si le film de Visconti se distingue, ce n’est pas seulement pour la magnificence de sa reconstitution : c’est aussi... Lire la critique de Le Guépard

98 24
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

À cheval entre deux mondes

Quelle claque ! À peine remis de La Dolce Vita de Fellini, voilà Visconti qui me met face à Le Guépard, oeuvre d'une immense richesse, défiant l'épreuve du temps et s'approchant de la perfection, tant dans le fond que dans la forme. Ici Visconti nous plonge littéralement dans l'Italie du... Lire la critique de Le Guépard

50 17
Avatar Docteur_Jivago
10
Docteur_Jivago ·

Félin pour l'autre

Comme certains de ses amis palmés, (non, pas des canards) Le guépard fait parti de ces films quasiment impossibles à analyser ou chroniquer, au vu des tonnes de production quasi-littéraires qui se sont déversés dans le champs fertile de la critique internationale. Donc hop ! Juste un point de vue. Un (oh, modeste) angle perso. La plus grande réussite du film (à mes yeux donc !) est d'arriver à... Lire l'avis à propos de Le Guépard

47 3
Avatar guyness
8
guyness ·

Le Guepard ou le prequel du Parrain.

Ici tout brille, tout est clinquant mais sans jamais être vulgaire. Les destins croisés du Prince de Salina et de Tancredi servent à mettre en lumière la décadence de la noblesse et l'avènement de la bourgeoisie. La noblesse, incarnée par le prince de Salina, représente le bon gout, la culture, l'homme de science, au contraire de ces "nouveaux riches" sans éducation incarné par le père... Lire la critique de Le Guépard

36 1
Avatar Tryphon
8
Tryphon ·

Gare au bal, dis !

J'avais envie de jacter de "Apocalypto" de Gibson et je me suis dis non, dis deux ou trois mots sur "Le Guépard" d'abord, ça parle de la même chose : du monde qui bascule. Quand on me parle de cinéma italien, j'ai tendance à rigoler doucement. Pas pour me moquer, c'est pas le genre de la maison, mais comme pour dire : « ouaip, je vois de quoi tu me parles ». J'ai bouffé du film italien toute ma... Lire la critique de Le Guépard

56 13
Avatar DjeeVanCleef
9
DjeeVanCleef ·

Les fauves se cachent pour mourir

"Nous sommes les guépards, les lions ; après nous viendront les chacals, les hyènes". Cette phrase lucide et désenchantée, prononcée par un Burt Lancaster au sommet de son charisme dans le rôle du prince Salina, pourrait résumer à elle seule ce film envoûtant, tant par l'aspect esthétique (une foule de plans ressemblent à des tableaux de maître, les paysages siciliens sont à tomber, les... Lire l'avis à propos de Le Guépard

21 4
Avatar Psychedeclic
9
Psychedeclic ·

La noble décadence

Je suis amoureux du cinéma de Visconti. Tout dans ce film résonne en moi et dans notre époque morne et par bien des aspects désespérante, celle d’une civilisation arrivée en bout de course, d’une génération entre deux mondes. Ces films sont des films-fleuve, emplis d'une telle richesse politique, sociale, esthétique, qu'elle est difficile à appréhender entièrement. Je m'y essaye.... Lire l'avis à propos de Le Guépard

7 3
Avatar Tom_Ab
10
Tom_Ab ·

Il gattopardo

Un peu plus difficile que prévu de se replonger dans ce très grand classique... Sur le papier, il semble in-critiquable : Lancaster, l'Homme, d'une majesté sans égale (ça tombe bien il a un rôle de prince), Alain Delon, la Jeunesse et la Fougue, du temps où il ne se prenait pas pour Alain Delon (mais ça c'était avant), et Claudia Cardinale, la Beauté (pas le genre de physique que j'adore mais... Lire la critique de Le Guépard

16 2
Avatar Florensium
8
Florensium ·

Le changement c'est maintenant, comme dirait l'autre.

En adaptant le best-seller de Giuseppe Tomasi de Lampedusa, Luchino Visconti retranscrit à l'écran, plus qu'une opinion politique, la lente agonie d'un monde, la mort d'une époque face aux changements à venir, qu'ils soient bons ou mauvais, quelque soit notre place dans l'échiquier de la vie. En résulte une oeuvre sublime et crépusculaire, exigeante de par sa complexité et son rythme lancinant... Lire l'avis à propos de Le Guépard

13
Avatar Gand-Alf
8
Gand-Alf ·