Vestige d'une époque glorieuse

Avis sur Le Juif éternel

Avatar Axel CADIN-REMY
Critique publiée par le

L'une des principales caractéristiques du cinéma de propagande nazie est la puissance inexplicable qui se dégage toujours des films faits pour le troisième Reich. On pensera bien sûr aux sublimes films de Leni Riefenstahl qui se disait d'ailleurs inexplicablement envoûtée par Hitler.
De manière plus globale, on sent bien que les allemands qui admiraient et suivaient Adolf Hitler avaient la rage de vaincre et la volonté de faire de l'Allemagne une grande nation après les décennies de misère qu'elle a vécu, causées par le traité de Versailles.

Ce Juif éternel film d'un certain Fritz Hippler, ne déroge pas à cette caractéristique. C'est un documentaire publié en 1940 que Hitler et Goebels préféraient à d'autres plus subtils en raison de sa brutalité.

Comme on pouvait légitimement s'y attendre en voyant Gargamel sur l'affiche du film, on retrouve dans Le Juif éternel toutes les caractéristiques du cliché antisémite notoire à un point où ce documentaire en devient parodique et involontairement drôle pour les amateurs d'humour noir.
Les juifs sont présentés comme des parasites fainéants qui mentent,volent,modifient leur apparence physique pour s'introduire parmi les "vrais humais", pour les exploiter,devenirs banquiers ou commerçants. Qui ne sont pas capables de créer ou d'aimer de l'Art, qui détestent les "aryens" qui veulent corrompre les races supérieurs la liste est longue...

Le réalisateur pour, appuyer ces idées avec le langage cinématographique,filme d'ailleurs plusieurs fois des juifs à leur insu qui, logiquement, dévisagent avec mépris la caméra. Ce piège sert au réalisateur à montrer que les juifs sont effectivement des gens méchants renfermés sur eux-mêmes.
Il y'a d'ailleurs un bel exercice de montage dans la première moitié du documentaire pour appuyer cette idée dans l'esprit du spectateur. Un passage parlant de la propagation du judaïsme par les migrations des juifs dans le monde est mit en parallèle des transports des rats par bateaux qui apportent des maladies graves comme la peste, le choléra, le typhus, au quatre coins du monde ce qui enfonce dans le crane du spectateur que les juifs sont des parasites qui représentent un danger. De la même manière que Serguei Eisenstein avait mit en parallèle la fuite de citoyens effrayés et la démarche saccadé des soldats qui leur tirent dessus pour renforcer la brutalité du massacre d'Odessa dans son Cuirassé Potemkine .
C'est là que le réalisateur inscrit sa place dans son film et en fait une véritable oeuvre de cinéma,on sent dans la description qu'il fait des juifs, le ton de sa voix (si je ne me trompe pas c'est lui-même qui fait la voix-off) que la haine viscérale qu'il entretient pour les juifs dépasse sa simple adhérence au parti nazi mais est bien personnelle.

Le pire c'est que le film arrive à énoncer de vrais arguments pour l'antisémitisme en citant certains passages violents de la Torah,en discréditant des films de propagande juive ou en parlant de la viande Cacher (qu'on pourrait aussi reprocher aux musulmans qui mangent de la viande d'animaux abattus de la même façon barbare).

Fritz Hippler cite dans son documentaire beaucoup de personnalités juives influentes de l'époque comme Charlie Chaplin ou Albert Einstein, sans doute pour montrer que les juifs sont influents mais il aurait été préférable de donner au moins un semblant d'argument pour justifier ces citations comme dire qu'ils "corrompent la jeunesse" "qu'ils ne font rien de bons". Mais involontairement ce film rappelle aussi que la haine des nazis pour les juifs étaient bien souvent injustifiée.

Le Juif éternel est donc un film qui fait sentir son spectateur un peu bizarre. Quoi qu'on puisse en penser,c'est probablement l'un des meilleurs documentaires à ce jour sur la Shoah pour le simple faite d'avoir réussi à capturer à l'écran toute la haine que le nazi moyen entretenait pour le juif.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 204 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Axel CADIN-REMY Le Juif éternel