👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Au travers des critiques toutes confondues, cette réalisation est qualifiée tantôt de "géniale" et "superbe" tantôt de "dégoûtante" et même de carrément "gore". Les excès abondent et ce dans un sens comme dans l'autre.

Au moins, la conclusion qu'on peut en tirer de façon élémentaire est qu'elle n'a pas laissé indifférent !!! Rien que sur ce seul point, on peut en conclure que c'est un succès.

Quant à la compréhension du film en lui même, et ce que voulait "faire passer" le réalisateur d'origine mexicaine, fortement marqué par la guerre d'Espagne et les horreurs du Franquisme en particulier, certains spectateurs pensent avoir tout compris.... A savoir (je schématise beaucoup...) que la beauté intérieure, la beauté de l'âme, était maîtresse et qu'on pouvait atteindre ce que l'on voulait même dans le pire des contextes à la condition de le vouloir vraiment.

D'autres, plus pragmatiques sans doute, trouvent que les allégories sont tellement alambiquées qu'au bout du compte, on s'y perd complètement.

Si, en plus, ces mêmes spectateurs détestent les images visuelles "percutantes" pour ne pas dire sanguinolentes, ils n'ont retenu de la réalisation qu'une chose : qu'il s'agissait d'un film "Gore" avec des images même qualifiées d'insoutenables ... C'est sûr que pour eux, le côté "magique" est passé complètement à la trappe.

Je me situe, personnellement, entre les deux... Des idées originales, une photographie, par contre, que je trouve trop souvent inspirée des peintures de Francisco GOYA, avec des teintes trop "criardes", un conte développé de façon très personnelle, mais intéressante, par le réalisateur et surtout (il justifie presque à lui seul mes trois étoiles) une interprétation absolument "éblouissante" de Sergi LOPEZ.

Quant à l'interdiction du film au moins de 12 ans.... ce n'est pas le mot "interdiction" qui aurait convenu.... ça aurait été plutôt le mot "inaccessible" aux moins de 12 ans...

(critique rédigée le 21 janvier 2007)

Mots_Passants
7
Écrit par

il y a 3 ans

Le Labyrinthe de Pan
Sergent_Pepper
8

De l’autre côté du mouroir.

Il fallait bien un labyrinthe pour organiser ce tortueux carrefour entre histoires et Histoire, entre contes et réel. Le labyrinthe de Pan est une odyssée tout à fait passionnante, un double parcours...

Lire la critique

il y a 6 ans

91 j'aime

17

Le Labyrinthe de Pan
Behind_the_Mask
10

Modern fairy tale

Le violon plaintif pleure une dernière fois cette berceuse, lente, bouleversante, d'une tristesse infinie. En réponse aux premiers instants du film, où cette chanson est murmurée, alors que ce visage...

Lire la critique

il y a 5 ans

86 j'aime

18

Le Labyrinthe de Pan
Hypérion
6

Le refuge du faune

El Laberinto del fauno est un film bancal. Tentant avec toute la bonne volonté du monde de faire cohabiter un univers onirique de créatures chimériques et une campagne espagnole encore inquiétée par...

Lire la critique

il y a 9 ans

79 j'aime

2

Green Book - Sur les routes du sud
Mots_Passants
9

Critique de Green Book - Sur les routes du sud par Mots_Passants

Green Book est un film qui m’a enchantée et je n’exagère même pas mon ressenti. J’ai trouvé tout réussi,contrairement à d’autres qui ont trouvé le moyen d’y voir matière à polémique. Il est vrai...

Lire la critique

il y a 3 ans

18 j'aime

2

Le Bazar de la Charité
Mots_Passants
5

Critique de Le Bazar de la Charité par Mots_Passants

Mini-série qui a été (faussement) annoncée comme étant ”historique”. On a eu droit à un lancement spectaculaire. Elle n’était qualifiée qu’avec des superlatifs plus élogieux les uns que les autres...

Lire la critique

il y a 2 ans

12 j'aime

1

Laëtitia
Mots_Passants
8
Laëtitia

Critique de Laëtitia par Mots_Passants

L’histoire de Laetitia Perrais, adaptée du roman ”Laetitia ou la fin des hommes”, d’Ivan Jablonka (Prix Médicis, en 2016) a été mise en images avec ”Laetitia”, une série relativement courte puisque...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

4