Aux accents de l'orfèvre Keaton Le Cinéphile s'éveille et s'étonne Du fruit que la pellicule a porté

Avis sur Le Mécano de la « General »

Avatar SeigneurAo
Critique publiée par le

Le comique de situation est un art des plus délicats.
Dans le muet, on n'a guère d'autre recours, et il faut tout le talent d'un homme pour transcender l'absence des mots.

Jouant dans un registre différent, des films tels que l'Heure Suprême ou le Mécano de la General n'auront décidément pas eu le même impact sur moi.
Ce dernier véhicule une modernité, un dynamisme et un génie créatif transcendant sans difficulté le fossé séparant ce cinéma des premières heures et celui avec lequel un mec né dans les années 80 a été élevé.

L'histoire tout d'abord, loin d'être anecdotique, apporte par sa construction et son découpage un support idéal, où l'enchaînement des tableaux et des gags se fait avec une fluidité remarquable, une écriture et une mise en scène dont beaucoup pourraient s'inspirer, encore aujourd'hui.

The General c'est aussi, pour moi en tout cas, la découverte de Keaton.
Refroidi par le contact avec des muets tels que le Borzage cité plus haut, j'avais opté pour celui que l'on m'a unanimement décrit comme le meilleur de Keaton.
Bien m'en a pris, et j'irai sans doute plus loin dans mon exploration Keatonienne.
Mais revenons au monsieur.
Hormis un visage incroyable, il m'a époustouflé par ces acrobaties dantesques, que ne renierait aucun cascadeur ou autre Jackie Chan (ne t'étouffe pas Torpenn).
L'aisance de certains mouvements laisse pantois, et on imagine assez mal le nombre de fractures qui ont précédé ce résultat grandiose.

Difficile de parler du cinéma muet sans aborder la bande son.
J'ai pour ma part, par la force des choses, profité de celle de 1995 orchestrée par Robert Israel, mais après m'être renseigné sur le sujet, il fait peu de doutes que j'essaierai de me procurer la version remasterisée en 2004 du film qui, outre le fait de le rétablir dans sa durée initiale de 94 minutes (et non 76 comme c'est le plus courant), propose si j'ai bien compris une composition originale du Maître Joe Hisaishi (le compositeur attitré de Miyazaki-San). Que de bonheur en perspective !

Bref j'ai tout aimé, de la lumière à cette folle course-poursuite en locomotives, que l'on aurait bien de la peine à imaginer aujourd'hui, du rôle de la jeune femme, bousculant l'image de bobonne et participant aux pitreries comme aux acrobaties, au rythme propre à ce film, que je n'avais jamais vu dans des œuvres si anciennes.

Le seul minuscule bémol est la répétitivité de certaines péripéties, d'autant plus regrettable que le film est excessivement court. Mais quand deux locos se pourchassent, j'imagine que les options ne sont pas infinies.

Il faut le voir, sans excuse possible !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 895 fois
20 apprécient · 1 n'apprécie pas

SeigneurAo a ajouté ce film à 3 listes Le Mécano de la « General »

Autres actions de SeigneurAo Le Mécano de la « General »