Touchante et drôle, une histoire d’amitié parfois poussive mais portée par un duo en forme olympique

Avis sur Le Meilleur reste à venir

Avatar Rémy Fiers
Critique publiée par le

On était resté sur le succès public et critique mérité de « Le Prénom » qui date déjà d’il y a dix ans maintenant. Le duo de cinéastes et de scénaristes composé d’Alexandre De La Pattelière et de Matthieu Delaporte a depuis vaqué chacun à ses occupations et a pris le temps de mûrir cette histoire d’amitié qui fait beaucoup penser à « Intouchables » pour son côté à la fois comique et dramatique tout comme cet aspect feel-good-movie assumé. On ressort de la projection avec un grand sourire sur le visage tout en ayant été profondément touché. En quelque sorte, on est partagé entre rires et larmes durant près de deux belles heures sur un rythme qui ne faiblit pas. Rien à voir avec l’aspect théâtral de leur précédent film, ils prouvent donc qu’ils savent s’en affranchir et transforment l’essai avec ce second film.

« Le meilleur reste à venir » démarre d’ailleurs sur les chapeaux de roue avec un prologue à mourir de rire et un générique mignon comme tout qui nous promettent beaucoup. Cela nous place d’emblée dans les meilleures conditions pour savourer un film charmant et réussi en tous points où dialogues savoureux et parfaitement orchestrés ainsi que séquences bien écrites s’enchaînent à bon rythme. En même temps le contraire eut été étonnant de la part d’un duo réputé pour ses talents d’écriture. L’histoire est plutôt astucieuse et le postulat bien vu et propice à tous les gags et quiproquos. C’est tout de même un peu poussif et improbable quand on y réfléchit bien mais on se laisse prendre au jeu grâce à un duo d’acteurs complice qu’on prend plaisir à retrouver ensemble, trente ans après « P.R.O.F.S. ». Luchini fait (encore) du Luchini mais apporte de jolies nuances bienvenues quand Bruel fait du Bruel mais le fait bien. Il y a aussi des invraisemblances un peu dérangeantes comme à l’aéroport mais l’ensemble est tellement plaisant que l’on passe outre.

On apprécie surtout la facilité qu’ont les deux comparses se trouvant derrière la caméra à capturer le meilleur de ceux se trouvant devant. Il y a beaucoup de très beaux moments dans « Le meilleur reste à venir » et ceux drôles alternent avec ceux plus dramatiques avec une fluidité parfaite, en témoigne une première partie plus axée sur l’humour et une seconde plus mélodramatique. On retiendra d’ailleurs l’excellente scène du dîner à Biarritz, certainement la meilleure du long-métrage pour se plier en quatre. Quant à la fin, attendue certes, elle n’en demeure pas moins très belle et émouvante. Ce genre de film qui ne vous ennuie à aucun moment, bien joué, procurant aussi bien l’émotion que titillant les zygomatiques et porté par des acteurs au diapason est un délice. Pas inoubliable, pas un chef-d’œuvre mais un bon moment de cinéma à consommer sans modération.

Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 856 fois
3 apprécient

Autres actions de Rémy Fiers Le Meilleur reste à venir