Elucidez le mystère des manchots

Avis sur Le Mystère des pingouins

Avatar Jay77
Critique publiée par le

Quand on voyage pendant très longtemps on finit par se retrouver à
l’endroit d’où l’on vient

Vous ne regarderez plus jamais les canettes de la même manière…

Pour un premier long métrage, Hiroyasu Ishida, en vue du résultat final, la barre a été placée très haute tant son film est une réussite. Le mystère des pingouins (plutôt « Le mystère des manchots »), forcément au premier abord, il attire les amoureux de ces oiseaux. Ils sont mignons, pas grands, ils ne volent pas, ont une démarche amusante rappelant les bébés, et une silhouette adorable.

J’ai un nouvel animé Japonais coup de cœur. L’histoire vend du rêve pour le rêveur que je suis. Une étrange apparition de manchots dans un petit village Japonais où l’on voudrait y vivre le restant de nos jours, une mystérieuse assistante dentaire, des canettes de Soda se transformant en manchots, une grosse sphère d’eau flottant au milieu d’un champ, des jabberwock , tout cela est-il lié ? Un jeune garçon observateur mène l'enquête aux cotés de deux camarades de classe. Quand vous allez comprendre à leurs cotés le pourquoi du comment vous allez être une nouvelle fois bluffé.

Je le dis et le redis à chaque fois que je parle d’animé Japonais, je remarque que les Japonais n’ont aucune limite imaginative. Chaque animé de ce calibre est une invitation au lâché prise, au rêve concrétisé. Le mystère des pingouins est un conte fantastique où l'on s'échappe du réel.

Dans l'histoire, nous suivons Aoyama, un petit garçon de primaire, sorte de version Japonaise de Sheldon Cooper. Un garçon très sérieux, très travailleur, très intelligent, ambitieux, arrogant, sarcastique et surtout très précoce pour un élève de primaire. Aoyama, il en sait autant que les adultes. Tout du moins, c’est ce qu’il prétend. Il l’a calculé, il lui reste 3888 jours avant de devenir un grand.

Sa curiosité, son envie d’en savoir d’avantage sur le monde nous fascine. Il nous fascine, nous amuse avec sa posture et ses mouvements raides, sa personnalité d’intellectuel toujours à décrypter/analyser les comportements humains, ses maladresses lorsqu’il s’agit d’avoir une conversation. Bien entendu, la brute de la classe toujours accompagnée par ses deux sbires, elle l’a dans le collimateur et profite de la petitesse du garçon pour le victimiser. Le premier geek capable de tenir tête au gros balèze de l’école, vous l’avez devant vous : Aoyama. Lui, les brutes, elles sont loin de l’impressionner, il garde son sang froid quoiqu’il puisse lui arriver. Le pire c’est qu’il ne se gênera pas à contre-attaquer. Pas par la force physique, par la force mentale pour le duper, l’humilier et tant pis pour les conséquences. Vous allez rire.

Au lieu de le détester, Aoyama on l'apprécie, on va au delà de son comportement d'égocentrique nous poussant à l'avoir en horreur. Malgré son coté Mr Parfait, il a ce petit coté très Japonais respectueux des plus petits, des adultes et de l’environnement. Puis il est plutôt bien entouré. Uchida, son meilleur assez intelligent mais froussard et maladroit, et Hamamoto, la quasi copie féminine d’Aoyama voyant en elle une rivale alors qu’elle est attirée par lui.

J’ai beaucoup aimé les personnages d’Aoyama et l’assistante dentaire. A croire que, pour reprendre les quelques mots du réalisateur, les paroles de la chanson principale ont été écrites pour décrire cet amour, pire, l’amplifier par la puissance de la mélodie. Forcément, ça m’a touché.

Le mystère des pingouins n'est pas qu'un film d'enquête de science fiction captivante montrée du point de vue très observateur d’un enfant. Hiroyasu Ishida, aidé par Makota Ueda équilibrent l’intrigue en confrontant leur héros aux premiers sentiments amoureux, aux changements dans le corps, aux aléas de la vie. Aoyama, en plein début de puberté, s’intéresse timidement aux seins, en particulier ceux de la jeune assistante dentaire, la femme de sa vie. Au fil de l’histoire, des sentiments forts s’installeront entre nos deux personnages.

Puis, animé Japonais oblige, il a de jolies métaphore (le chemin que suis les manchots est le même que suis Aoyama). Aoyama dont la vie future a déjà été planifiée. Il a la certitude qu’avec son intelligence, il aura un emploi important, il sait que l’assistante dentaire dont il est fou amoureux acceptera sa main. Ce phénomène mystérieux et fantastique bousculera ses prévisions. La vie est imprévisible, pouvant bousculer nos plans futurs à tout moment et nous changer à jamais. Aoyama, seulement 10 ans, va l’apprendre. Pour cette nouvelle raison, j’affectionne tout particulièrement ce personnage et cette œuvre.

-Pour moi c’est clair c’est forcément un coup des extraterrestres.
-Pourquoi ils feraient ça ?
-Pour nous envahir. Les pingouins sont là pour nous amadouer avec leur jolie petite frimousse et au moment où on s’y attendre le moins, là
ils s’empareront du siège de l’ONU !
-Ouai ça se tient, je me dépêche de le noter.

Au final, vue la richesse du récit et toutes ses idées, son approche scientifique vis-à-vis du mystère des pingouins, de son animation et de ses musiques hyper soignées, impossible de rester insensible au Mystère des pingouins. Un petit voyage initiatique extraordinaire, palpitant et poétique où un petit garçon déjà très intelligent, va apprendre ce qu'est la vie d'adulte. A conseiller à partir de 11 ans.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 80 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jay77 Le Mystère des pingouins