Thriller moyenâgeux

Avis sur Le Nom de la rose

Avatar Monsieur_Cintre
Critique publiée par le

Six ans après le roman à succès d'Umberto Eco, Le Nom de la Rose se voit adapté au cinéma, ce qui n'est pas une mince affaire étant donné la réussite du bouquin et le style habile qui fait la réputation de son écrivain.

A la fois film historique et thriller hard boiled, Le Nom de la Rose est à la fois abordable et original, comme l'est le livre dont il s'inspire. L'ambiance est très sombre, et ne néglige pas le suspense. La musique, globalement plutôt discrète, sait accompagner la tension au besoin, rendant certaines scènes assez stressantes.

Et une telle tension, c'est assez rare dans les films moyenâgeux. Le système d'enquête, très axé sur la sémiotique naissante au XIVème siècle et associé à de macabres mystères, permet à la fois de rendre le personnage principal inspirant (il est d'ailleurs directement inspiré de Guillaume d'Ockham) et de faire du film une critique et un témoignage des institutions religieuses de l'époque, dont la toute-puissance n'a d'égale que la malveillance.

Les acteurs sont tous absolument grandioses. Outre tous les acteurs aux visages boursouflés et coupes de cheveux improbables, on a en rôles secondaires F. Murray Abraham qui nous livre une nouvelle performance énorme en tant que némésis, deux ans après avoir tué Mozart dans Amadeus, ou encore Ron Perlman, magnifiquement méconnaissable. Mais bien entendu, c'est Sean Connery, la tête d'affiche qui incarne à la perfection intelligence et sagesse, qui obtient le rôle le plus inspirant. Mais le casting dans son entièreté est notablement investi et convaincant.

Si Le Nom de la Rose est un film très agréable à visionner, tant il est tendu et accrocheur, il possède tout de même une intrigue assez sinueuse avec beaucoup de personnages assez déroutants ; souvent, il est difficile de comprendre leurs actes ou cerner leurs véritables intentions. Je me suis un peu senti comme dans ces escaliers tortueux, perdu et incapable de trouver la sortie, comme si un sous-texte était écrit au jus de citron. Mais tout cela n’a vocation qu’à installer un déroutant climat d’incertitude.

Par exemple, il y a ce passage où un prêtre caresse la chevelure juvénile de Christian Slater… Évidemment, c’est extrêmement dérangeant, et ça l’est d’autant plus que ce passage ne sera pas davantage évoqué par la suite. Mais c’est grâce à ce genre de détails – qui n’en sont pas vraiment – que Le Nom de la Rose obtient son atmosphère si perturbante et cohérente.

Cette atmosphère, associée à un sens aigu du suspense, ainsi qu’à la performance des acteurs évoluant dans des décors somptueux, contribue à faire non seulement du Nom de la Rose un bon film, mais également une bonne adaptation, avec sa foule de détails imitant les descriptions d’un roman, qui établissent un univers complet et réaliste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 68 fois
5 apprécient

Autres actions de Monsieur_Cintre Le Nom de la rose