Mais n'te promène donc pas toute nue !

Avis sur Le Nom des gens

Avatar 270345
Critique publiée par le

Il aurait pu s'appeler Jacques Martin ! Mais non, ce fut Arthur du nom de cette marque d'électro-ménager quasi disparue comme aussi Nestor Martin... Ce qui fait que Bahia, jeune fille totalement extravertie le prend pour un fasciste friqué, ou en tout cas d'un mec de droite ! Or la nana a une vision très personnelle de la politique qui veut qu'elle couche avec ceux de droite pour les convertir à la cause inverse. Et elle n'a jamais bien digéré d'avoir dû voter un jour pour Chirac qui affrontait alors Le Pen ! Sara ou plutôt Bahia,, je t'assure : je suis de droite !
A la première vision, ce film m'avait un peu agacé : voir cette jeune fille française d'origine danoise à poils papilloner pour un oui ou pour un non, plus un scénario assez décousu m'avaient d'autant moins emballé que l'attribution d'un César à un film crée chez moi un réflexe de défiance difficile à surmonter...
Je n'avais donc gardé aucun souvenir mémorable de ce film mais à revoir le duo Forestier-Gamblin, c'est à dire Bahia- et lemarchand d'électro-ménager, il faut bien reconnaître que c'est marrant et jouissif si l'on considère que la belle Sara ne nous cache rien des charmes de sa nudité, aussi spontanément que naturellement exhibée : à croire qu'elle est née comme ça ! Mais le reste du casting est aussi une petite merveille !
Bref, ce petit vaudeville est amusant ert tant pis si le metteur en scène, Michel Leclercq qui a co-écrit ce scénario avec sa femme, et Sara Forestier n'avaient eu un César pour respectivement le scénario et le jeu de la belle actrice. C'est d'ailleurs bien rare que la profession décerne un trophée à une comédie d'autant que l'aventure n'a rien d'extraordinaire, mais qu'au contraire la belle Sara branchée sur piles et batteries de secours est très vivante, très dynamique. Même la musique est à l'avenant de ces pirouettes joyeuses...
On se demande aussi pourquoi Jospin, échappé du musée Grévin de la politique, s'est montré dans ce film où il reconnaît non sans humour qu'être " Jospiniste aujourd'hui c'est devenu aussi rare qu'un mandarin sur l'ile de Ré". A méditer par sa succession !
Dommage que Michel Leclercq, le réalisateur, ait ensuite orienté sa carrière vers des films de tâcherons pour la télé genre "Fais pas ci, fais pas ça" Quant à Sara Forestier, elle n'arrête pas de tourner depuis huit ans !
France 4 le 02.11.2018

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 171 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de 270345 Le Nom des gens