👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Burt, 55 ans et bâti comme un demi-dieu grec, se balade en slip de bain moulant pendant tout le film (attention les filles, à un moment il l'enlève) .
Et oui, un jour il a la fulgurante idée de rentrer de chez des amis en nageant de piscine en piscine. «I am swimming home», répète-t-il à l'envi, empruntant la «Lucinda River», du nom de sa femme.
Nous sommes dans l'Amérique opulente et consumériste de la fin des sixties, dans laquelle qui n'a pas une piscine à 50 ans a raté sa vie.

Le personnage de Burt nous est présenté au départ comme un type sympathique que tout le monde aime, un idéaliste, gai-luron et gentleman. Il fait chaud, on se dit qu'on est en plein été.

Puis au fil des piscines, le trompe-l'oeil se dissipe et sa véritable personnalité apparaît : méprisé, haï, mythomane, veule, salaud. Le temps vire au maussade, on se dit qu'on est au printemps, un printemps encore hésitant.

Chaque propriété visitée est un nouveau tableau de la descente aux enfers de Burt, comme s'il traversait le Styx à la nage.

Un film d'un pessimisme absolu. Malgré quelques beaux moments poétiques, limite pétage de plomb (Burt sautant au ralenti par dessus des barrières d'obstacle pour canasson !).


PS : Je me retrouve totalement dans cette métaphore de l'enfer qu'est une piscine municipale (avec un règlement tatillon et débile) remplie à ras bord de mioches qui braillent.
Pruneau
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 11 ans

88 j'aime

18 commentaires

Le Plongeon
guyness
9
Le Plongeon

En eaux troubles

Le plongeon est un film improbable à bien des égards. Burt Lancaster en maillot de bain (et même nu en cours de route) pendant tout le film. Un personnage principal soudain animé d'une idée folle à...

Lire la critique

il y a 11 ans

87 j'aime

18

Le Plongeon
Torpenn
7
Le Plongeon

Aqua bond

The Swimmer est un film de 1968 qui en marque bien toutes les caractéristiques et qui ne sortira pourtant pas avant 2010 sur nos écrans, allez savoir pourquoi... Le point de départ est relativement...

Lire la critique

il y a 10 ans

47 j'aime

17

Le Plongeon
ukhbar
8
Le Plongeon

Comment j’ai coulé (ma vie sociale)

On est toujours très heureux d’entrer dans un ciné-club, surtout aux débuts de celui-ci, quand il n’y a encore que trois membres dont soi, tous sympathiques. On est invités dans la maison de l’un...

Lire la critique

il y a 10 ans

27 j'aime

4

Django Unchained
Pruneau
5

Amour chaînes

En se concentrant purement sur une exégèse westernienne du film, on va dire qu'il y a trois inspirations différentes. La première se place dans la tradition assez classique du western. On est au...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

7

Winchester 73
Pruneau
9

C'est bath Mann

Un Anthony Mann avec James Stewart, rien de plus classique. Sauf que le personnage principal est une winchester 73. Carabine à 15 coups, surnommée "the gun that won the west », elle attire à elle...

Lire la critique

il y a 11 ans

48 j'aime

14

Au service secret de Sa Majesté
Pruneau
8

Lord of the Rigg

Seul James Bond avec une histoire d'amour, seul James Bond sans happy end, seul James Bond avec George Lazenby. Les scènes de début et de fin, passages obligés du genre, sont les plus belles de la...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

58