Un alcoolique est une personne que tu n'aimes pas et qui boit autant que toi ?

Avis sur Le Poison

Avatar Jordan About
Critique publiée par le

Le navire de la bêtise oscillant sur une mer spirituellement crédule, ne s'est pas éloigné du port de nôtre terre. Seul les poètes se sont accoutumés à consentir l'insupportable effluve de la marée des eaux troubles. Dés la naissance, ces brillants hommes portent un deuil, le deuil de ce monde.
Jeunesse perdue ou Vieillesse déchue, toi impassiblement qui repose sur une montagne d'idée dont l'avalanche tue. Rebutant les âmes saines, tu embrassas langoureusement l'hébétude du crétinisme. Avide de pouvoir ineffable, heureux prisonnier de l'écrin du consumérisme, t'abreuvant de malice et de roublardise, tu t'embourbas précocement dans ta misérable tombe, l'ornant au passage d'une épitaphe à l'effigie de ton accablante bassesse.
Faire passer ses vices pour des vertus , privilégier les griffes de l'espièglerie à la lumière d'un soleil pourtant bien pensant, moissonner volontairement un champ de ruine intellectuel en brocardant la salutaire recherche du cortège des sages , s’évertuer à créer des envieux en piétinant sur l'harmonie du monde . Voilà de quoi s'est armé le personnage principal pour habiller son existence.
De l'aurore de la raison au crépuscule des ténèbres, ravivé par un torrent de hardiesse au doux parfum de l'inexpérience, tu t'es contenté de balayer l'aiguille du temps, reculant en pensant avancer. Ta semaine comme ton bon sens s'épuisait des le premier lundi d’ivresse, tu réclamais, le regard dépourvu de tendresse, l'étreinte des corps pour que ton imperturbable joie exulte. Tu me lanças crûment que les cœurs ne pouvaient s’éprendre, que les sentiments ne sauraient s’entendre.
Attribuant à ton esprit un frisson de gourmandise, tu t'empressas de sacraliser la sublimation de la bouteille pleine. Ta morale, bien trop souvent essaimée dans une soupe de vices à la sauce incomprise, s’est géométrisée le temps d'un soir de décadence, là où soufflait un violent mistral de bêtise .Tu n'as su t'enivrer de valeurs simples, coiffant tes actes à la merci d'une stupidité pourtant exubérante.
Et à l'automne de ta vie, le pas rouillé par l'amertume, tu arpentas les rues du souvenir, éberlué par l'inexplicable tristesse des vitrines de ton vécu, un passé au visage flasque, idéalement nourri par l'oisiveté de ta démarche.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 183 fois
2 apprécient

Jordan About a ajouté ce film à 1 liste Le Poison

Autres actions de Jordan About Le Poison