Contrat de libre échange

Avis sur Le Pont des espions

Avatar Philippe Lebraud
Critique publiée par le

Un film de Spielberg, ce n'est jamais anodin, même si cela ne veut pas dire à chaque fois que c'est un chef d'oeuvre.

Cette réalisation nous raconte une période qui semble déjà loin, que l'on appelait la "guerre froide", mais qui, curieusement, ne nous inquiétait pas tant que ça quand on habitait en France, loin de Paris
(A croire que, finalement, c'était bien mieux, quand la guerre était "froide"...).

James Donovan, interprété par Tom Hanks (qui n'a rien à voir avec la famille de Ray Donovan, vanne facile) est un avocat de Brooklyn, qui semble plus spécialisé dans les assurances que dans le pénal (mais on apprendra au détour d'un dialogue qu'il a déjà travaillé pour le gouvernement fédéral), et il est plutôt doué dans son domaine.

Il est appelé à exercer la défense d'un accusé pas comme les autres: un espion qui travaille pour l'Union Soviétique (c'était le nom de l'avant Russie de Poutine) qui semble tellement zen que l'on a peine à croire qu'il espionne les Etats-Unis..
L'acteur, qui incarne le personnage de Rudolf Abel, Mark Rylance, est tout à fait génial, il fait penser parfois à Woody Allen... .

Tout est fait pour que Abel soit condamné à mort, mais Donovan, plus malin qu'il n'y paraît, réussit à faire changer la sentence qui se commue en 30 années de prison, une manière de garder sous le coude un espion en cas d'échange, on n'est jamais trop prudent..

Imaginez vous que pendant ce temps là, les américains, jamais en retard d'une opération secrète (50 ans après, ça n'a pas changé), se font descendre un de leurs avions "espions", un U2 (pas la bande à Bono, ça c'est plus tard) juste au dessus de l'immense territoire soviétique..

Alors forcément, ce serait bien d'échanger un Abel contre un Powers (par le ranger, mais le pilote de l'avion) et ce film nous narre toute l'opération de cet échange qui s'est vraiment produit, quelques mois après la construction du Mur de Berlin, qui allait couper la ville et le monde jusqu'en 1989...

Spielberg filme Berlin et nous fait plonger au début des années 60, où l'on voit ces gens s'enfuir désespérément vers l'ouest (c'est pour cela que l'on a fait un mur, pour empêcher les gens de partir, alors que maintenant, on fait des murs pour empêcher les gens de rentrer.. Excusez moi, ça m'a échappé). Spielberg sait faire passer l'émotion, le chaos, la tristesse, la peur..

Tom Hanks fait juste ce qu'il faut pour rendre crédible son personnage et l'ensemble est plutôt bien fait, avec son suspense raisonnable, vu que l'on connaît la fin, pour peu que l'on connaisse un peu cette histoire.. (évidemment, ce n'est pas comme StarWars).

Pas le meilleur Spielberg, mais très honnête et très bon moment à passer..

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 205 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Philippe Lebraud Le Pont des espions