👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Le Prénom : Un humour pseudo intello pas rigolo

La comédie française a toujours pris l'habitude de transposer sur grand écran les pièces de boulevard à succès, que ce soit La Cage aux folles, Le Dîner de cons ou encore Ma Femme s'appelle Maurice. Hormis quelques exceptions (le cultissime Dîner de cons), ces oeuvres ont bien du mal à s'adapter au genre cinématographique. C'est le cas du Prénom qui, malgré la volonté de ne pas offrir que du théâtre filmé, sonne faux et tombe à plat.

Vincent (Patrick Bruel), la quarantaine flamboyante, va bientôt devenir papa. Invité à dîner chez sa soeur Elisabeth (Valérie Benguigui) et son beau-frère (Charles Berling), il y retrouve Claude (Guillaume De Tonquédec), un ami d'enfance.
Attendant l'arrivée de son épouse Anna (Judith El Zein), famille et ami le harcèlent de questions sur le bébé. Lorsque Vincent annonce le prénom que va porter son enfant, le dîner sombre vite dans le chaos.

Il sera difficile à reprocher aux réalisateurs Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, également auteurs de la pièce, de ne pas faire d'efforts au niveau de la mise en scène. Tout le long du film, le duo varie les plans, crée des mouvements de caméra, use de trouvailles pour s'extirper du cadre de l'appartement (la présentation des personnages et des noms de rues plutôt amusantes, la scène de sexe entre Anna et Claude, imaginée par le reste du groupe). En clair, ils ne se contentent pas de la simple forme du théâtre filmé.

Ce qui irrite d'avantage, c'est le fond de la chose. Nul doute que les blagues, les engueulades et autres piques fonctionnaient à merveille sur les planches, mais pas dans le cas présent. Les comédiens, se croyant encore sur scène, surjouent constamment. Mention spéciale à Patrick Bruel, tout en cabotinage. Le scénario empile les clichés et les situations invraisemblables, à tel point qu'on se demande très vite à quel moment vont-ils se décider à aller se coucher.

Gardant le pire pour la fin, c'est le moment de s'intéresser à l'humour du Prénom... inexistant. Il est vrai que l'on s'exaspère des comédies débiles, infantiles, prenant le spectateur pour un idiot, sans une once de culture. Ce que ne fait pas Le Prénom, mais à trop jouer sur les boutades pseudo-intellectuelles comme «ahahahah, il ne connaît pas la date de la bataille d'Austerlitz !», le film lasse très vite. Tout comme cet univers de bobos parisiens, se scrutant sans cesse le nombril, censé nous montrer la petitesse de l'homme, mais ne parvenant qu'à une chose : nous faire détester les protagonistes.
claudie_faucand
4
Écrit par

il y a 10 ans

19 j'aime

7 commentaires

Le Prénom
guyness
6
Le Prénom

On est plus à une comédie près, non ?

Hésitant depuis le générique de fin entre un 5 peut-être un poil sévère et un 6 par trop généreux, j'ai finalement opté pour des contrées presque totalement inconnues pour moi: une comédie française...

Lire la critique

il y a 10 ans

67 j'aime

20

Le Prénom
Al_
4
Le Prénom

Les comédies c'est mieux quand c'est drôle !

Passée la petite originalité du générique, composé uniquement de prénoms, cette adaptation d'une pièce de théâtre à succès est bien le film convenu et peu drôle que laissait redouter la...

Lire la critique

il y a 10 ans

52 j'aime

6

Le Prénom
Before-Sunrise
3
Le Prénom

Le dîner de cons

Le Prénom démarre avec dix minutes assez agaçantes durant lesquelles les personnages sont présentés rapidement en voix-off. Primo les mecs, Amélie Poulain a douze ans, il est temps d’aller de l’avant...

Lire la critique

il y a 9 ans

37 j'aime

11

Rock'n'Love
claudie_faucand
8
Rock'n'Love

Rock' n' Love : Ils ont refusé, mourir d'amour enchaînés

Le pari de David Mackenzie était complètement fou : réaliser un film en plein festival rock, et faire coïncider la durée du tournage avec celle du festival, soit seulement quatre jours et demi. Pari...

Lire la critique

il y a 10 ans

14 j'aime

Prometheus
claudie_faucand
8
Prometheus

Et j'ai crié Alien pour qu'il revienne

Nombreux sont les fans de la saga qui ont crié Alien pour qu'il revienne. Enfin entendus, il est de retour mais de manière indirecte dans Prometheus. Constitué de tenants et d'une mythologie propres,...

Lire la critique

il y a 10 ans

13 j'aime

7

Des hommes sans loi
claudie_faucand
4

Un film frelaté

Sélection officielle du dernier Festival de Cannes, Des Hommes sans loi nous mettait l'eau à la bouche, proposant un savoureux mélange de western et de films de gangster. Hélas, cette histoire de...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime