La liste paranoïaque

Avis sur Le Prête-nom

Avatar 6nezfil
Critique publiée par le

Pendant la période du maccarthysme, un modeste caissier signe des son nom des scénarios écrits par l'un de ses amis, blacklisté. Le générique de fin du Prête-nom sonne comme une sorte de saine revanche pour tous les protagonistes qui ont été sur la fameuse liste noire du début des années 50, à commencer par le metteur en scène, Martin Ritt, son scénariste, Walter Bernstein, et l'acteur Zero Mostel. Le film est remarquablement écrit, n'en rajoutant pas pour évoquer le délire paranoïaque qui a saisi le FBI, en ces temps sombres, où la délation était la seule "solution" pour certains artistes afin de continuer de travailler (voir Kazan). Si Le prête-nom a souvent des allures de téléfilm, il n'en est pas moins efficace dans le portrait d'une époque et Woody Allen est assez remarquable dans le rôle principal. Un héros vraiment inattendu comme le proclame l'affiche du film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 15 fois
1 apprécie

Autres actions de 6nezfil Le Prête-nom