Le suicide de Chucky

Avis sur Le Retour de Chucky

Avatar Quentin Dubois
Critique publiée par le

Ce septième Chucky aura finalement fait peu parler de lui. Sorti quatre ans après la "malédiction", "Le retour" (et pourquoi pas la revanche tant qu'on y est ?) se voit être une suite directe à ce dernier. Déclarée responsable du massacre précédent, Nicca est internée en asile psychiatrique. Ce qui pouvait la préserver de l'abominable Chucky s'avèrera être le nouveau terrain de jeu du célèbre psychopathe miniature, un tueur en série réincarné en poupée, et accompagné par une certaine Jennifer, son ex-femme....

"Jeu d'enfant" est en quelque sorte le pilier des films de poupées tueuses, non pas que ce soit le premier à en traiter, mais c'est en tout cas le premier qui est parvenu à pervertir cette figure d’innocence à merveille, et a retranscrire l'abomination qui pouvait s'y dissimuler, à la manière des clowns et des animaux dans le cinéma de genre. Franchement effrayant, oppressant par moments, le film est sublimé par les effets spéciaux "old school"du génial Kevin Yagher, qui parvient à littéralement insuffler la vie à Chucky,le résultat est encore aujourd'hui impressionnant. Évidemment, la technique évoluera dans les deux séquelles à venir, plus prévisibles mais pas moins dispensables que le premier opus.

Dès le quatrième opus, un revirement s'opérera: la saga Chucky troque ses petites frayeurs contre de l'humour,potache, des punchlines faciles et de l'auto-parodie constante; il faudra s'y faire. Apprécié par beaucoup, salué par la critique, ce sera tout le contraire qui se produira lors de la sortie de "Le fils de Chucky", clairement la suite de trop. Mais cet opus ne sonnera pas le glas de la franchise,qui sera malgré tout rebootée en 2013 par le scénariste originel, Don Mancini. Reboot en demi-teintée car si la première moitié est prenante, la seconde se vautre complètement. Le résultat? Une série B divertissante renouant les liens avec la tension de "Jeu d'enfant" mais trop idiot sur la longueur que pour véritablement parvenir à plaire.

"Le retour de Chucky" avait de quoi enthousiasmer mais une fois la péloche devant nos yeux, on ne peut que constater les dégâts: Le film est catastrophique de bout en bout. Premier constat: l'ambiance horrifique du précédent Chucky est aux abonnées absente et l'humour boiteux des opus 4 et 5 repointe le bout de son nez. Il n'y aucun enjeu, aucune mise en place de quoi que ce soit, c'est beaucoup trop terne, beaucoup trop vide pour que la moindre ambiance ne puisse s'installer. Deuxième constat: Don Mancini est un scénariste et non un réalisateur. Sa mise en scène est d'une platitude extrême; quelques rares tentatives et effets de style sont à sauver mais pour le reste, c'est zéro planté. Et si ce n'était que ça...

La direction artistique (Quoique, nous ne pouvons pas vraiment parler de direction artistique ici) est d'une laideur repoussante (à débuter par ce générique de début infâme),l'intrigue est stupide, Le décor de l'asile équivaut au néant, la direction d'acteurs est pauvre,Chucky y est d'une rigidité effarante, le budget restreint et les plans rapprochés sur son visage ou ses mains tentent vaguement de créer une quelconque animation de la poupée, sans jamais que l'on y croit vraiment. Et enfin, la conclusion est particulièrement navrante, en plus de revenir au point de départ, annihilant la possibilité d'avoir une suite convenable, tant le script fragmenté s'est éparpillé un peu partout, et surtout un peu n'importe comment, transformant la cohérence du récit et celui de la globalité de la franchise en un gloubi-boulga scénaristique absolument ridicule.

Chucky, que l'on pensait ressuscité, est achevé avec cette séquelle, définitivement la plus mauvaise de la franchise, une série Z qui suscite l'ennui davantage que le divertissement. Chucky est venu, Chucky a vu mais Chucky est vaincu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2141 fois
13 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Quentin Dubois Le Retour de Chucky