Capitaine, Capitaine, vous n'êtes pas le Capitaine !

Avis sur Le Retour du héros

Avatar Yril
Critique publiée par le

Avant de commencer ma critique, je tiens à préciser par soucis de transparence que j'ai toujours eu du mal avec le cinéma français. Je pense que la raison est que, de manière générale, je recherche avant tout dans un film, comme tout le monde finalement, à vivre une certaine expérience. Avant tout sensorielle, elle peut donc se transmettre par l'image, le son, ou bien les émotions par exemple. Et ce que je reproche à une bonne partie du cinéma français (sans vouloir non plus trop faire de généralité), c'est que dans un premier temps il ne se démarque pas assez sur la forme, et se contente de nous raconter une histoire, mettant ainsi de côté toute liberté créative sur la réalisation pour se concentrer sur les personnages, le scénario (il y a bien entendu des contres exemples, Jean Pierre Jeunet pour ne citer que lui). L'autre point, qui finit d'achever tout espoir que j'ai de bien apprécier ces films, et que je n’éprouve en général pas de grand intérêt dans les sujets abordés : drames familiaux, polars, comédies légères (parfois comédie dramatique familiale, un must) ; mais là encore les contres exemples existent (pas taper svp).

Bref, je suis en général assez frileux quand à aller voir un film français au cinéma. Mais pour le retour du héros, je voulais vraiment y croire. Jean Dujardin oblige, j'ai naïvement espéré me retrouver face à une sorte d'OSS 117 du 19ème siècle, mettant en scène un personnage décalé, utilisant son charisme maladroit pour arriver à s'extirper des situations les plus problématiques (même si ici, les enjeux étaient tout de même assez différents). Autre espoir que j'avais, le scénario, qui même sans casser trois pattes à un canasson, avait le mérite d'ouvrir la voie vers des situations pouvant être potentiellement hilares (là encore je comptais sur le jeu d'acteur de Jean Dujardin, qui est habitué à jouer ce genre de rôle, pour arriver à me faire rire).

Résultat : ben en fait non. Sans m'ennuyer profondément, et sans trouver non plus le temps trop long (le film ne dure qu'1h30), je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages, ni à rire une fois. Au mieux, j'ai souri à quelques occasions, mais force est de constater que, pour moi, le soufflé est mollement retombé au fur et à mesure que le temps avançait. Car, premier constat, le film est certes une comédie, mais PRENEZ GARDE : l'humour est loin d'être aussi décalé qu'un OSS 117 (oui, je m'accroche à cette comparaison). Au contraire, j'ai trouvé cet humour très politiquement correct, se rapprochant bien plus d'un "Le crime est notre affaire" (arf) par exemple. Le film souhaite d'avantage faire rire par les situations que par le phrasé et les jeux de mots, mais il le fait d'une manière que j'ai pour ma part trouvé très (bien trop) légère. Oui D'ACCORD le capitaine Neuville ment, c'est cocassement cocasse, OUI il fait genre c'est trop un bonhomme alors qu'en fait non, mais pour moi ça ne suffit pas. Certes, un mensonge en entraînant un autre, notre faux héros se retrouve bien souvent dans des situations dont il est difficile de s'extirper, mais personnellement la sauce ne prend pas. Je tiens malgré tout à préciser qu'en dehors de la bande d'aigri que nous étions mes amis et moi (hormis un qui a dit avoir passé un bon moment, mais qui, nous voyant sortir nos armes à feu face à cette déclaration, à bien voulu admettre qu'il n'avait cependant pas beaucoup ri), une grande partie de la salle a eu l'air d'avoir passé un très bon moment, puisqu'ils riaient à de nombreuses reprises (et à gorge déployée pour certains, ce qui eu pour effet de m'emplir d'une grande joie de vivre, mêlé à un soupçon de haine tout de même).

Quid des personnages ? Car oui, vous vous doutez bien que Jean Dujardin n'est pas le seul acteur du film, loin s'en faut. Sans trop entrer dans les détails, je dirai qu'en dehors de nos deux comparses principaux que sont le Capitaine et Elisabeth (jouée par Mélanie Laurent), et beeeeen ce n'est pas bien fameux. Les différents personnages sont tous cantonnés à un trait de caractère, et puis Voilà. Pas de subtilité, que du "toi tu feras la fille qui pense au sexe, toi tu feras le mec soumis, toi tu feras la maman bourgeoise. Quant à toi... tu feras le papa portant la houpette la plus étrange qui soit (Coucou Dussollier c'est à toi que je parle)". D'ailleurs permettez moi de revenir sur les deux personnages principaux : certes ils sont plus fouillés que les autres, mais on se retrouve vite avec l'impression que Dujardin fait du Dujardin (ce qui n'est pas un mal en soi), et que Mélanie Laurent fait du Mélanie Laurent (ce qui est... voilà. avis subjectif). L'alchimie qui se dégage de leur relation complice/ennemis n'est pas trop mal cela étant dit.

Enfin, la réalisation : c'est du très basique. Voilà. Je n'ai trouvé qu'un seul plan joli du film, c'est quand Roger des effets spéciaux s'est mis à sortir la machine à fumée pour l'utiliser dans la forêt. C'était beau oui. Mais c'est tout.

En résumé : Le film peut plaire si vous êtes sensible à cet humour que je qualifierai dans ma grande condescendance de "très français". Et j'ajouterai qu'on se situe quand même plutôt du côté d'une pièce de théâtre à la Vaudeville qu'autre chose. Si vous aimez ça, foncez. Sinon, passez votre chemin et attendez que le prochain Hazanavicius sorte. Sur ce, je vous laisse, je dois retourner travailler avant de me faire renvoyer pour avoir perdu du temps à écrire une critique de cinéma.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 8354 fois
11 apprécient · 7 n'apprécient pas

Autres actions de Yril Le Retour du héros