Un pater et un navet.

Avis sur Le Rite

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Fils de croque-mort, un jeune homme trouve sa place dans la prêtrise, et, toujours en quête de sa foi, va faire un petit tour du côté du Vatican, et il va découvrir l'exorcisme, notamment auprès d'un Père peu banal.

Le rite est clairement dans la voie des films d'horreurs qui défilent depuis des années, bon marché, avec un petit peu de sang mais trop, ainsi que des sons placés là où il faut pour qu'on sursaute. C'est exactement ça ici, en plus de ne pas être bon. Car c'est pas flippant du tout, filmé avec très peu de lumière, et surtout deux acteurs principaux mauvais comme des cochons. Tout d'abord, le jeune Colin O'Donoghue, qui cherche la foi, a un charisme de mérou ; c'est incroyable de voir à quel point il n'exprime rien, alors qu'on devrait le sentir tourmenté par son passé familial, mais non, il a l'air de penser à rien. Quant à Anthony Hopkins, le prêtre exorciste, alors là, il se régale en en faisant des tonnes, comme il sait faire, plaçant des jurons, et au passage, signe la meilleure réplique en disant qu'un exorcisme, ça n'est pas quelqu'un qui tourne la tête à 360° ni ne vomit du fluide vert, référence implicite au film de William Friedkin, qui pulvérise ce navet.

Il reste de bons seconds rôles mais qui ne font que passer comme Toby Jones, Ciaran Hinds, ainsi que Rutger Hauer, qui joue le père du jeune homme. Et un point positif, pas rigolo, c'est que la première scène où on habille une personne décédée pour la mettre peu après dans un cercueil est d'une grande justesse. Déformation d'une ancienne vie professionnelle...
Ça n'est pas la présence d'une jeune femme enceinte en proie au démon qui sauvera ce rite de la quasi-nullité, mais puisque ça marche, niveau fric, pourquoi ne pas s'en priver ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 193 fois
3 apprécient

Autres actions de Boubakar Le Rite