Affiche Le Samouraï

Critiques de Le Samouraï

Film de (1967)

Un homme qui meurt

L’arrivée de la couleur chez Melville pourrait supposer quelques modulations dans l’univers criminel qu’il construit patiemment depuis Bob le Flambeur. En réalité, elle l’entérine. Grisaille urbaine bleutée et glaciale, elle s’impose dès le premier plan, l’intérieur décati du protagoniste qu’on croirait sorti tout droit d’une toile de Hopper. La citation liminaire l’annonce d’emblée : il... Lire la critique de Le Samouraï

112 9
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Le Rōnin au masque hypnotique

Seul, il marche, son imperméable et son doulos courbé sur son crâne transperce la nuit, il se dirige inexorablement vers sa proie, rien ne pourra se mettre en travers de son chemin, sa mission accomplie, il disparaît aussi vite qu’il était venu. Dans un monde profondément morne et austère, les teintes jaune pâle le jour, bleu feutré la nuit, dépeigne un univers monochromatique où pas la... Lire l'avis à propos de Le Samouraï

53 9
Avatar Woe
10
Woe ·

L'homme glacé.

Jef Costello(Alain Delon),un tueur à gage,reçoit pour mission d'assassiner le patron d'une boite de jazz.Bien qu'il se soit créé un alibi parfait,un commissaire de police(François Périer) le soupçonne fortement.... Après "Le deuxième souffle" Melville continue dans le polar avec un projet ancien qu'il réussit enfin à concrétiser. Melville revisite le polar à sa manière.Il épure le genre.Il... Lire la critique de Le Samouraï

12 3
Avatar cinemusic
10
cinemusic ·

L'oeil strict du Bushido

Premier plan : le formalisme de Melville séduit aussitôt. Le cadrage saisit un appartement austère, spartiate. Des nuances grises se détache le complet anthracite d'Alain Delon. Le samouraï vit dans l'ascétisme et la solitude, tel que le rappelle le Bushido : "Il n'est pas de plus profonde solitude que celle du Samouraï... Si ce n'est celle du tigre dans la jungle... peut-être..." Cette scène... Lire la critique de Le Samouraï

52 5
Avatar Raf
5
Raf ·

"Je tuerai la pianiste pour ce qu'elle a fait de moi"

Moins aride et abstrait que le Cercle Rouge qui sera tourné quelques années plus tard, plus féminin aussi avec la présence essentielle des deux femmes, "le Samourai" semble être l'apogée du polar noir à la française qui inspirera Woo et Jarmusch. Il est surtout le déploiement parfait du style Melville avec l'avarice des dialogues, le contexte à peine esquissé, la lenteur du récit pour une... Lire l'avis à propos de Le Samouraï

45 6
Avatar Nushku
8
Nushku ·

Tueur de l'ombre

En 1967, Jean-Pierre Melville décide de continuer sur la voie qu'il a emprunté en 1962 avec Le Doulos en réalisant son nouveau film noir, Le Samouraï. Après avoir collaboré 3 fois avec Belmondo et pour la première fois l'année précédente avec Lino Ventura, il décide de travailler avec Alain Delon. Ce premier Delon-Melville marque aussi l'apogée du polar noir à la Melville, l'expression même du... Lire l'avis à propos de Le Samouraï

20 2
Avatar SpaceTiger7
9
SpaceTiger7 ·

Critique de Le Samouraï par Manclédu13

Ou comment le classicisme épuré accouche d'un film, certes canonique mais ennuyeux. Les poursuites dans le métro ont peut-être le charme des années gaulliennes ainsi que les balades en ds et les impers truffés de revolvers mais à part ça et (peut-être malgré) le cadrage digne de l'académie impériale de 1807, ça reste un polar tout ce qu'il y a de plus banal et froid. Mon quatrième Melville... Lire l'avis à propos de Le Samouraï

13 3
Avatar Manclédu13
5
Manclédu13 ·

Critique de Le Samouraï par Heobar

Petit bijou néo-noir, la réalisation de Melville tout en douceur fait de ce film une sacrée leçon de cinéma. Notre protagoniste mutique incarné par un Alain Delon aussi froid et charismatique qu'une aurore boréale fait passer toute l'intensité de ses actions par ses jeux de regard qui sont filmés avec brio. Montrez, ne racontez pas. Pour autant, Melville n'est pas avare de dialogues,... Lire l'avis à propos de Le Samouraï

8 7
Avatar Heobar
9
Heobar ·

Le félin glacé

Jean-Pierre Melville signait ici un polar psychologique de haute tenue, une méditation sur la solitude du tueur, un portrait fascinant où Alain Delon, remarquablement dirigé et portant le feutre avec élégance, trouvait dans ce personnage de glacial Jeff Costello, son rôle le plus mémorable et en même temps son meilleur. Melville excellait à faire vivre le milieu des truands, à créer un... Lire l'avis à propos de Le Samouraï

13
Avatar Ugly
9
Ugly ·

Le ténébreux

Le samouraï est un grand classique du polar à la française. Jeff Costello est un tueur solitaire qui vit seul dans une pièce sordide avec un oiseau en cage. C'est un homme d'honneur: il s'impose des règles de loyauté envers ses employeurs, mais aussi envers les personnes qui le respectent. Par contre, il attend la même loyauté des autres. Alain Delon est parfait dans son rôle de prédilection:... Lire la critique de Le Samouraï

13 3
Avatar -Marc-
7
-Marc- ·