Raskplnikov vieillissant

Avis sur Le Septième Juré

Avatar 6nezfil
Critique publiée par le

Pharmacien respectable d'une petite ville, Duval agresse et tue une jeune femme. Il est appelé comme juré au procès de l'amant de cette dernière, suspecté de l'assassinat. Un Lautner d'avant la période Audiard, plutôt méprisé à l'époque, en plein nouvelle vague. Le film possède une atmosphère caractéristique, entre Clouzot et Chabrol, mais certains procédés se révèlent d'une grande lourdeur : la voix off, les contre-plongées, la psychologie douteuse du meurtrier. Cette attaque en règle des moeurs de province où ledit pharmacien ne peut être condamné par la justice des siens, tout au plus mis au repos provisoirement dans un asile, est davantage un film des années 50 que 60. Avec à son crédit une interprétation majuscule des 3 B : Blanche, cauteleux ; Biraud, cynique ; Blier, impérial en Raskolnikov vieillissant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 271 fois
1 apprécie

Autres actions de 6nezfil Le Septième Juré