- "Le Tombeau des lucioles" dans mon "TOP 10" -

Avis sur Le Tombeau des lucioles

Avatar Gérard_Rocher
Critique publiée par le

Durant l'été 1945, Seita, un adolescent de quatorze ans et sa petite sœur de quatre ans, Setsuko, bien qu'heureux auprès de leurs parents, vivent une enfance tourmentée dans un Japon secoué par la Seconde guerre mondiale. Un jour le ciel s'assombrit brusquement lorsque l'aviation américaine déverse un flot de bombes incendiaires sur leur ville. Leur mère décède des suites de cette attaque et les enfants se retrouvent sans nouvelle de leur père, militaire de l'armée japonaise. C'est alors que devenus seuls et livrés à eux-mêmes ils vont essayer, sans succès, de le retrouver. Il vont loger chez une tante qui les exploite en les faisant travailler. Seita et sa petite sœur décident alors de partir à l'aventure pour essayer de survivre en se cachant dans une vieille masure magiquement illuminée la nuit par une nuée de lucioles. Le rêve ne dure pas car Seita, aux petits soins pour Setsuko, a de plus en plus de mal à trouver de la nourriture et les forces s'amenuisant la petite fille tombe gravement malade. Seita prêt à tout pour la sauver va alors être dans l'obligation de voler de la nourriture...

Lorsque l'on découvre ce fantastique dessin animé, on ne peut être pris que dans un tourbillon de violence, de méchanceté, de cruauté, de lâcheté mais aussi d'amour et de compassion. Bien sûr, durant cette Seconde guerre mondiale, le Japon ne passa pas pour le pays le plus pacifique. Toutefois lorsque l'on voit les bombardiers jeter de leurs flans leurs bombes incendiaires ravageant tout et de quel côté où l'on se place, on ne peut qu'être horrifié par cette barbarie tuant des innocents et décimant des familles. Devant de tels évènements le peuple devrait s'unir et être solidaire, tout au moins c'est ce que croient Seita et Setsuko. Au lieu de cela, terrorisés mais confiants dans la vie car remplis d'espoir pour un monde de liberté, ils vont se trouver trahis par leur famille et leurs congénères qui, malgré les évènements, restent repliés sur leur personne, faisant ressortir leur méchanceté et leur individualisme jusqu'à profiter du malheur et de la détresse des deux enfants.
Cela n'est pas qu'une fiction cinématographique, c'est malheureusement la réalité d'un monde rempli de lâcheté, d'opportunisme et manquant singulièrement de pitié et de solidarité envers les plus démunis. Ces deux enfants, touchants de sincérité, partaient à l'aventure à la suite du drame atroce qui les avait touchés, espérant un monde meilleur. Au lieu de cela, ils devront se battre seuls et apprendre que l'ennemi ne vient pas uniquement de l'armée adverse mais plus sournoisement de leur entourage. Nos deux mômes pourtant plein de rêves et d'espoir ne pourront survivre à cette société car dans ce monde qui s'agite devant eux, aucune place ne leur sera offerte. C'est pourquoi dans la grande ville japonaise, à l'automne 1945, on ramassera les corps sans vie des innocentes victimes avec la même légèreté que le balayage des feuilles mortes. Le monde est ainsi fait...

A nouveau, le grandissime Isao Takahata nous offre un film dans lequel l'émotion et le réalisme sont à leur comble. C'est dans ce quartier, remarquablement reproduit dans cette œuvre, qu'il connut lui-même l'enfer des bombardements et c'est certainement pour cela que chaque image apporte son lot d'émotions fortes. Comment ne pas être touchés par l'amour fou régnant entre ces deux enfants perdus et tâchant par tous les moyens de s'accrocher à un fil de vie, à un fil de rêve et d'espoir illustrés par ces milliers de lucioles qui tentent d'illuminer la nuit dans laquelle ils se noient petit à petit! Les enfants sont beaux, même dans la douleur et dans la peur. En fait ils sont le pur symbole de l'amour et de la fidélité tout au long de leur courte vie. Les images comme le scénario sont aussi forts que poétiques et les remarquables couleurs ne font que renforcer la cruelle beauté de ce chef d'œuvre.

Si je dois vous donner un conseil, je vous demanderais de ne rater sous aucun prétexte ce film qui au-delà de l'émotion qu'il suscite nous entraîne dans une intense réflexion sur le comportement de nos sociétés. En quelques mots, cet incontournable du dessin animé concocté par Isao Takahata est beau à en pleurer.

note: 10/110

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 8511 fois
122 apprécient · 1 n'apprécie pas

Gérard_Rocher a ajouté ce film d'animation à 4 listes Le Tombeau des lucioles

Autres actions de Gérard_Rocher Le Tombeau des lucioles