Le Traître - Le renouveau italien !

Avis sur Le Traître

Avatar Teslax
Critique publiée par le

Le cinéma italien a perdu de sa superbe depuis quelques années. Ce qui est évidemment bien dommage car c'est l'un des cinémas en Europe les plus intéressant. Nous avions alors de grand nom à l'image de D. Argento ou bien encore du légendaire S. Leone. Pourtant nous avons depuis quelques années certains réalisateurs qui refont surface à l'image de M. Bellocchio qui nous revient par exemple cette année avec «Le Traître» au festival de Cannes. Ainsi, le film raconte l'histoire vrai de Tommaso Buscetta qui dénonça plus d'une centaine d'actionnaire de la ''Cosa Nostra'' durant les années 80. Le film est-il alors un exemple pour dire que le cinéma italien n'est pas mort ? Ou est-il encore une fois un effort pour du vent ?

«Le Traître» est évidemment un film qu'il faudra voir, il est évidemment un cri d'alarme et du cœur pour dire que oui, le cinéma italien a encore un intérêt dans ce monde. En effet, M. Bellocchio est un metteur en scène de talent. Durant l'ensemble de sa carrière il a su donner de la vie dans des décors à la limite du morbide par moment. Dans ce film, il apporte une réelle froideur dans ce biopic. Effectivement, on nous montre durant tout le déroulement du récit à quel point le monde de la mafia est quelque chose de dur et qui n'est pas quelque chose qu'il faudrait glorifier comme l'on fait divers cinéastes. L'histoire est ainsi parfaitement lisible dans ce que l'on veut nous raconter, le choix alors cornélien de la part d'un homme voulant à tout prix protéger sa famille d'un éventuel danger émanant de son travail. Alors nous avons un récit qui est parfaitement mis en valeur par des dialogues sublimes à l'image des confrontations lors des tribunaux associés aux mafieux. Ces dialogues sont évidemment exprimés par des acteurs absolument divins à l'image de P. Favino qui est tout simplement impressionnant dans son rôle. Nous avons également F.R. Alesi qui est très attachant dans son rôle de juge charismatique au possible. Enfin, l'un des rôles à retenir est celui F. Ferracane qui endosse un rôle parfaitement taillé pour lui bien qu'on ne le voie moins que d'autre acteurs. Tout cela amène alors à la retranscription par rapport au réel, ici nous avons quelques moments où M. Bellocchio se permet de sortir de la zone factuelle en évitant le contact avec certains antagonistes importants. Mis à part cela, le film possède une structure qui fait que tout ce que l'on voit à l'écran est convaincant, on ressent la vague honnête des années 80 (on ne force pas sur le côté cliché de cette époque) et l'on interprète parfaitement ce que pouvait ressentir les personnages à l'époque, que ce soit les mafieux complètement fous durant les jugements comme l'humanité qui ressortait de certains.

Néanmoins le film zappe par moment des passages importants ce qui coupe parfois le rythme du film comme par exemple avec le dernier jugement qui est censé être un moment de doute concernant l’honnêteté du héros mais va être directement mis de côté avec un scène de fête.

Hormis ces légers défauts, «Le Traître» est un film quasiment parfait sur tous les points. De la justesse des propos à la mise en scène parfaite de M. Bellocchio, le film donne un vent neuf au cinéma italien et on a hâte de revoir un film de ce genre. On espère également que le film aura du succès car si on veut revoir des films italiens sans que cela soit des biopics, il ne faudra s'en donner les moyens. Mais on pourra pour l'instant saluer le travail du réalisateur qui nous livre ici l'un de ses meilleurs films.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 125 fois
3 apprécient

Autres actions de Teslax Le Traître