J'ai vu le film Le trésor de la Sierra Madre

Avis sur Le Trésor de la Sierra Madre

Avatar sebastienjolivet
Critique publiée par le

Le film n'est pas tout jeune. Humphrey Bogard en jeune premier ça situe... L'histoire commence dans un bled paumé au Mexique (je crois). Dans les bars, c'est ambiance « pendant ce temps-là à VeraCruz ». Il se passe pas grand chose. Humfrey Bogard qui n'a pas de boulot et qui n'a pas de quoi manger demande de l'argent à un américain : « un ami patriote ». Et alors Humfrey rencontre un pote à lui qui n'a pas d'sous non plus. Ils se font arnaquer par un type qui leur propose du boulot, (ils construisent une charpente) et qui ne les paie pas. Dans un bar plus tard ils retombent sur le type alors ils lui cassent la gueule pour récupérer leur argent. Ils tombent sur un vieux qui les fait rêver. Il leur raconte qu'il y a de l'or dans la Sierra et que s'ils bossaient dur ils seraient riche au bout d'une année. Le vieux leur fait comprendre que l'or rend dingue et que les meilleurs amitiés ne résiste pas à l'apat du gain. Là dessus les deux potes se serrent la louche en se disant que çà peut pas leur arriver ! Mais nous, on sait déjà ce qu'il va arriver. Sinon le film serait bouclé... Alors ils achètent le matos et ils partent avec le vieux. C'est super. Le vieux connaît toutes les ruses du désert. Et les autres on dirait deux gosses qui suivent papa ! Ils s'installent et exploite une mine. Ils s'organise pour tout. Le boulot la journée, le café, les soirées sans nana, les tâches ménagères, tout çà quoi !
Il y a des tensions (comme dans tous les ménages à trois). Une fois, Bogard se retrouve ensevelli dans la mine et il est sauvé par son pote. Mais après il devient susceptible et suspicieux. Un autre mec arrive. Il est décidé à rester avec eux pour exploiter la mine et il veut sa part. C'est de plus en plus tendu tendu du slip. Et alors ça se corse. Humfrey devient de plus en plus con. Il ne fait plus confiance à personne. Et puis des mexicains débarquent. Ils ont des bonnes têtes de bandits. (pas parce qu'ils sont mexicains). Juste parce qu'ils ont tous des grands chapeaux, un large sourire et un fusil à la main. Ils veulent piquer les armes des blancs et puis les dépouiller un peu. Grosse séance de tir. Les blancs gagnent et mettent les mexicains en fuite mais le mec qui les a rejoint s'est fait tuer. Moment d'émotion, le trio découvrent une lettre dans sa poche. Le mec laisse une veuve. Du coup, les tensions s'apaisent en les trois. C'est long encore. Je vous la fais courte. Ils repartent vers la ville, leur chevaux sont chargés de sacs pleins d'or de la montagne. Ils ont laissé le vieux qui, entretemps, a sauvé un jeune mexicain et est devenu l'idole du village. Sauf que Bogart et son pote tombent dans un guet à pens : les bandits. Ils se font dépouiller. Mais les mexicains jettent tous les sacs de sable, sans savoir que ce sable contient tout l'or de la Sierra Madre. C'est le dernier plan du film. Le vent sur le sable... Et la morale ? C'est que l'amitié vaut tout l'or du monde !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 156 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de sebastienjolivet Le Trésor de la Sierra Madre