Avis sur

Le Voleur de bicyclette par abarguillet

Avatar abarguillet
Critique publiée par le

Fils de magistrats, Vittorio de Sica , né à Sora le 7 juillet 1901, passe sa petite enfance à Naples, avant de suivre ses parents à Rome en 1912. Devançant l'appel, il s'acquitte de ses obligations militaires et, dès son retour à la vie civile, s'oriente vers le théâtre, puis le cinéma. Il fait partie d'une troupe et bientôt apparaît dans plusieurs films, au point de devenir l'acteur phare des années 30. Mais jouer ne lui suffit pas. La mise en scène l'attire. En 1939, il met entre parenthèses sa carrière de comédien pour se consacrer à la réalisation de quatre films de facture légère qui ne marqueront pas la mémoire du 7e Art. Mais un tournant important s'amorce lorsque de Sica fait la connaissance de Cesare Zavattini, célèbre scénariste avec lequel il va collaborer étroitement et produire successivement quatre nouveaux films, qui auront le mérite de faire date dans l'histoire du cinéma italien, oeuvres teintées d'une poésie humaniste et naïve qui contiennent tous les ingrédients du néo-réalisme, mouvement à la naissance duquel elles participeront grandement. Ce seront Sciuscia, Le voleur de bicyclette, Miracle à Milan, Umberto D. qui connurent la notoriété. Le metteur en scène y dresse le portrait social de l'Italie de l'après-guerre avec un sentimentalisme qui use, et parfois abuse, d'une imagerie sensible et populaire. Si bien que lorsque le cinéma italien s'éloigne du néo-réalisme, de Sica ne suit pas la mouvance nouvelle et ses films ne rencontrent plus le succès qu'avaient connu les précédents. Le réalisateur et son scénariste ne parviennent pas à se renouveler et à sortir du domaine de l'imagerie familière ; leurs tentatives pour donner une vision du monde plus intellectuelle échouent les unes après les autres. Pour cette raison, Vittorio de Sica décide de re-passer devant la caméra et renoue avec une brillante carrière d'acteur dans des films remarqués comme "Madame de" de Max Ophuls, "Le général della Rovere" de Rossellini ou "Austerlitz" d' Abel Gance. Il meurt le 13 novembre 1974. Sa filmographie ne compte pas moins de 28 longs métrages. Ettore Scola lui rendra un bel hommage dans son film Nous nous sommes tant aimés, qui lui est dédié, et dont je vous parlerai prochainement. Témoin occasionnel d'un tournage, Scola raconte:

"Un matin, allant à pied à l'école, je traversais la Piazza Vittorio pour me rendre au lycée Umberto Ier qui est à côté de la basilique Sainte-Marie-Majeure et je vis un spectacle exceptionnel : la place était occupée militairement par des troupes inconnues, pleine d'armes étranges, des projecteurs avec de grosses lampes, des camions, des voitures. Je ne suis pas allé au lycée et je suis resté là à regarder : j'ai vu Vittorio de Sica qui tournait Le voleur de bicyclette, la scène à l'aube avec les balayeurs qui se rencontrent et qui partent à la recherche de la bicyclette. Il y avait Lambert Maggiorani, Gino Saltamerenda, un acteur de composition, célèbre pour sa corpulence. Je ne sais si c'est là qu'est né mon amour pour le cinéma - j'avais dix-sept ans - cependant ce jour-là j'ai ressenti quelque chose de fulgurant". Ceci explique cela.

Et, puisque j'ai choisi, parmi l'abondante filmographie du cinéaste italien, d'analyser plus particulièrement Le voleur de bicyclette qui marque une date importante dans sa production et dans l'art cinématographique, voyons comment de Sica, avec une extraordinaire économie de moyens, a décrit la détresse muette des faibles et des affligés.

Antonio Ricci, pauvre chômeur, se voit offrir un travail, celui de colleur d'affiches, à condition qu'il dispose d'une bicyclette pour ses déplacements. Il en a bien une, mais elle a été engagée au mont-de-piété et ce n'est qu'à la suite de nouvelles privations qu'il parvient à la récupérer. Mais, dès le premier jour, celle-ci lui est volée par un adolescent qui s'empresse de disparaître et l'essentiel du film consiste à nous montrer la quête angoissée du vélo et du voleur. En compagnie de son jeune fils, Ricci parcourt les divers quartiers de Rome et cette traversée de la ville revêt les aspects d'une épopée, tout en nous plongeant dans la vie romaine de l'après-guerre. Finalement Ricci retrouve son voleur, un garçon épileptique encore plus infortuné que lui, et, faute de preuves, renonce à porter plainte. Si bien qu'à son tour, il vole une bicyclette mais si maladroitement qu'il se fait molester par la foule et ne doit son salut qu'au sang-froid de son enfant. Apitoyé par tant de détresse, le propriétaire du vélo laisse filer le père et le fils au lieu de les conduire au commissariat.
Le film se termine sans que le metteur en scène ne cherche à conclure, laissant à chacun le soin de tirer les conséquences de cette élégante démonstration : l'urgence de refonder une société qui se révèle incapable de répondre aux besoins élémentaires de l'homme et condamne les déshérités à le demeurer. On sent l'influence d'un Chaplin qui savait, ô combien ! - et avec autant d'humour que d'émotion, nous donner à voir la misère des bas-fonds new-yorkais. Mais il y avait chez Chaplin une plus grande distance. Restaient présent à son esprit le fait que l'homme est toujours l'homme, de quel bord qu'il soit, et que l'enfer lui-même est pavé de bonnes intentions.

Dans Le voleur de bicyclette, de Sica veut tout d'abord séduire le spectateur par le choix d'un sujet émouvant, ensuite le convaincre que le 7e Art est en mesure de délivrer des messages forts. On ne peut guère douter qu'il n'y ait eu de sa part un souci de prosélytisme et il est difficile de ne pas surprendre dans ce film un léger accent de propagande. Mais n'importe, ce dernier est bien ficelé, les images sont belles, il ne manque qu'un rythme mieux scandé, plus rapide ; on tombe trop souvent dans des images conventionnelles, un style nouille qui frise le mélo. Ce sont là des facilités que ne seraient pas permises un Fellini, même un Rossellini. Il y avait chez de Sica, malgré ses qualité évidentes et son talent que personne ne peut mettre en doute, trop de complaisance à émouvoir, des soulignements inutiles, des répétitions fréquentes qui ralentissent l'action et lui prêtent parfois une regrettable mièvrerie. Par ailleurs, le cinéaste nous charme par sa sensiblité, sa chaleur, sa générosité auxquelles il est difficile de résister. Ce diable d'homme, s'il ne convainc pas toujours, finit par captiver. Son cinéma, comme ses interprétations, distillent quelque chose de profondément humain. L'Italie est si présente avec ses excès, ses faiblesses, ses passions, son fatalisme et sa fierté jusque dans les douleurs les plus grandes. On sent que De Sica est italien jusqu'à la racine des cheveux. Ce qu'il souhaite avant tout est de parler de l'Italie, de dire l'Italie, de décrire l'Italie du petit peuple, qu'il a cotoyée à Naples, ces gens qui parlent fort, sont en permanence au bord du rire et des larmes. Il a réalisé ce film à peu de frais et sans avoir recours à des vedettes, tant il voulait que ses personnages expriment une réalité qui leur collait à la peau. Il mit beaucoup de temps avant de porter son choix sur des non-professionnels comme Lamberto Maggiorani et le jeune Enzo Staiola qui, tous deux, expriment avec gravité et tant de conviction naturelle la résignation bouleversante des démunis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 467 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de abarguillet Le Voleur de bicyclette