Rebelle 2

Avis sur Le Voyage d'Arlo

Avatar Walter-Mouse
Critique publiée par le

Quelle déception mes aïeux. Mais quelle déception. Alors que le brillant Vice-Versa redonnait de l'espoir pour les futurs projets de Pixar Animation Studios, c'est là que déboule Le Voyage d'Arlo qui, malgré certaines qualités, est sans aucun doute un des moins bons films du studio.
De la même manière que Rebelle, ce nouveau Disney-Pixar est d'un vide abyssal. C'est beau à regarder mais si on gratte la couche, on se rend compte qu'il n'y a rien derrière.
On sait tous que le film a été un véritable bordel à produire. Dès la D23 Expo 2013, il est annoncé que le film est décalé d'un an et demi. Le réalisateur ne sachant pas comment conclure le film, la moitié du casting est foutue à la porte, le scénario est entièrement réécrit et le style d'animation est grandement modifié.
Si ça c'est la version améliorée, je ne veux même pas savoir à quoi ressemblait la première.
Incompréhensible de la part du studio à la petite lampe. Surtout quand on voit le pitch de départ qui est vraiment excellent. Nous faire découvrir un monde parallèle où les dinosaures n'auraient jamais été exterminés et où ils seraient, même après des millions d'années, les "maîtres" de la Terre, c'est vraiment génial.
Pensez à toutes les possibilités. Les dinosaures ayant toujours vécu sur Terre auraient eux-aussi évolué dans leurs caractères, leurs modes de vie, leurs habitations etc..
Ou même un monde mode "Planète des Singes" où les dinosaures régneraient sur une Terre et où les humains doivent se battre chaque jour pour ne pas être exterminés.
Ou même une cohabitation entre les deux peuples.

Mais notre entrain s'arrêtera net bien vite dans le film. À peine commence-t-il avec la fameuse séquence de la météorite passant à côté de notre planète que l'on comprend que tout ce pitch de départ.. ne sert.. À RIEN.
On aurait très bien pu nous faire croire qu'il s'agit du monde des dinosaures avant leur extinction avec quelques humains que ça aurait été pareil.
Quand la première scène d'un film se révèle dès les premières minutes totalement inutile, ça n'annonce pas du bon pour la suite.
Et effectivement, ça ne sera quasiment jamais bon.

Pourtant, il y a un brin d'espoir. Une ellipse nous fait passer plusieurs millions d'années et on se rend compte que le futur héros du film vit avec une famille d'Apatosaures agriculteurs. Bien! Voilà! Là, vous exploitez votre concept de base, les dinosaures commencent à utiliser des technologies plus "modernes" et à se "civiliser". C'est une très bonne idée!
Là où ça commence par contre à faire un peu plus peur, c'est dès qu'on observe le contraste entre les design des personnages et les décors photo-réalistes.
Pourtant, le challenge est intéressant. Nous faire oublier le physique cartoonesque "figurines de supermarchés" des dinosaures en les mettant dans un environnement à la limite du réel, c'est assez osé et.... ça marche finalement la plupart du temps. Principalement grâce au formidable travail sur les lumières, les ombres et les couleurs de la part des artistes de Pixar. Parce que oui, le film est évidemment superbe à l'oeil, encore un grand bon en avant pour les créateurs de Luxo Jr.
Néanmoins, le character design reste beaucoup trop simple, voire même moche, pour me convaincre. Je n'arrivais jamais à voir le père d'Arlo comme un vrai personnage.

Mais ce n'est pas le seul problème. Non, l'autre problème, c'est le repompage constant sur les Classiques Disney. Deux en particulier: Le Roi Lion, et Frère des Ours (ouais, encore).
Quand Henry, le père d'Arlo, se met à dire que chaque membre de la famille doit réaliser quelque chose d'extraordinaire pour poser son empreinte sur la pierre familiale... on commence déjà à grincer des dents. Et surtout, on nous annonce immédiatement comment finira le film. Super.
Sauf qu'Arlo est un Apatosaure maigrichon, peureux et froussard. Et c'est là qu'entre en scène ce que j'aime appeler "la parade d'Arlo".
À CHAQUE fois que le petit dinosaure sera face au danger, ça sera le même schéma: Une bestiole touche Arlo, Arlo hurle, Arlo bouge dans tous les sens et se casse la figure. Je n'osais même plus compter le nombre de fois que cette même scène se produisait.
Non seulement, ça rend la première demi-heure répétitive à souhait mais surtout, ça rend Arlo rapidement insupportable alors qu'on est censé le soutenir.
L'alchimie avec les membres de sa famille n'est d'ailleurs pas la meilleure du monde. À part le père, tous les autres sont laissés de côté, Arlo ne partage que peu de scènes avec eux.
Et dès qu'il s'agit d'exploiter leur relation, quand ça ne repompe pas Frère des Ours, ça repompe Le Roi Lion!
Le père confiant et sage emmenant son fils dans la prairie qui, après quelques discussions, gambade avec lui gaiement devant la magie de l'instant et la morale bien évidente, ça ne vous rappelle rien. Qu'entends-je? Simba et Mufasa? Gagné.
Le pire arrivera alors avec

la mort du papounet emporté par les flots (ouais, même là, faut plagier Le Roi Lion) et dont la transition sera si rapide qu'elle n'attristera jamais le spectateur. Déjà qu'il était peu attachant à la base, mais si en plus de ça on rate le montage, c'est pas gagné.
D'ailleurs, la manière dont Arlo est éloigné de sa famille m'a presque fait rire. Même pas une grosse catastrophe comme on pouvait le croire, juste Spot, le petit garçon humain, qui se retrouve sur lui, faisant paniquer le jeune Arlo qui tombe à la flotte et est emmené loin vers l'horizon... mouais.

Arlo se mettra alors en tête de regagner sa maison en suivant la rivière. Mais vu qu'il n'est pas débrouillard pour un sou, il n'a rien à manger. C'est le petit Spot qui se met donc en tête de lui rapporter de la nourriture...
Pourquoi?
Leurs précédentes interactions se sont toujours conclues par une haine mutuelle (même si plus de la part d'Arlo). Je sais ce que certains diront, Arlo n'a pas tué Spot, c'est donc logique que ce dernier veuille l'aider. Sauf qu'entre-temps, on a eu deux scènes qui se sont mal déroulées pour les deux, donc non, désolé, j'y crois pas du tout.

C'est d'ailleurs là que se présente l'une des idées les plus intéressantes du film. Spot agit comme un animal de compagnie, il hurle, il ne sait pas parler, il se gratte les oreilles comme un chien, il est sauvage, etc... Le contraire d'Arlo, dinosaure sachant parler, connaissant les technologies et se comportant comme un humain normal.
L'inversement de rôle est plus qu'intéressant et est d'ailleurs l'un des rares points du scénario à être bien traité. Spot est d'ailleurs le meilleur personnage du film, il est le seul à se révéler réellement attachant et ses expressions faciales feront facilement pleurer les plus jeunes, et peut-être pas qu'eux. Une belle réussite ce petit garçon.

Aussitôt après avoir fait la paix, Arlo et Spot tombent sur un Styracosaure nommé Le Collectionneur. Et doublé en français par Éric Cantona. Que fait-il là? je ne sais pas. Son personnage est quasiment inutile, Arlo aurait pu trouver le nom de Spot naturellement que ça aurait été pareil, et surtout il n'est présent que deux minutes à l'écran, il ne fait même pas rire, il est juste bizarre pour être bizarre.

Et le pire vient par la suite avec la bande de Nyctosaures. Ils résument l'un des éléments que le film va, je ne sais pour quelle raison, constamment recycler. Le groupe de trois.
Le groupe est toujours composé du leader, belle gueule, forte tête, d'un maladroit de service un peu loufoque, et d'une nana autonome et forte.
C'est le cas pour la famille d'Arlo, pour les Nyctosaures, pour les Tyrannosaures, même les Vélociraptors pour l'amour de Dieu!
Le seul sens qu'a cette décision, c'est simplement que les scénaristes n'ont pas voulu se fouler. Résultat, les caractères des personnages secondaires s'interchangent toutes les 20 minutes. Et qu'est-ce que ça les rend creux bon sang!
Je ne pensais pas voir un Pixar avec autant de personnages oubliables. Même Cars 2 et Rebelle m'avaient plus marqué à ce niveau! C'était mal fait, mais au moins ça me marquait.
La blague ne s'arrête pas là vu qu'ils entrent dans l'histoire et en sortent comme ça, sans réelle transition, sans avoir apporté tant de choses au scénario, juste qu'il fallait les placer quelque part.

Arlo et Spot tomberont ensuite sur les seuls personnages secondaires divertissants du film: Les trois Tyrannosaures. Ils ont beau reprendre les mêmes traits de caractères que les autres dinosaures, ils sont bien mieux exploités.
Leurs design passent à peu près bien et niveau VF, là ça envoie! Qu'est-ce que fait du bien de réentendre Richard Darbois dans un Disney-Pixar! La badassitude absolue!
Là, pour le coup, ils servent vraiment à quelque chose. Cela permet même de revenir aux fameux dinosaures évolués du début du film.

Ces T-Rex cherchent à récupérer leur bétail d'une bande de Vélociraptors malintentionnés.

L'air de rien, j'aurai voulu que ces personnages restent plus longtemps dans le film. Quitte à ce qu'Arlo fasse le voyage aux eux. Ils sont très chouettes. Mais comme tous les personnages secondaires du film, ils débarrassent vite le plancher et on ne les revoit plus jamais.

Arlo et Spot se rapprochent des Montagnes où ils pourront rentrer chez eux.

Cela passe par des longues courses à travers les plaines et les montagnes dans la bonne humeur. La principale raison pour laquelle cette scène ne m'emporte pas est claire: Les décors.
Parce que c'est là le principal problème de l'animation du film. Il n'y a qu'UN SEUL type de décor.
Juste de la forêt.
Rien d'autre. Aucun paysage ne se démarque de l'autre vu qu'ils sont tous identiques! Et encore pire, ils se ressemblent tous vu que les arrières-plans se veulent le plus proche possible de la réalité. Aucune créativité n'est possible à partir de là!
On me demande de quoi je me rappelle comme paysages, je réponds juste "Forêt, montagnes".
Et vu que le film nous habitue à voir pendant 1h30 encore et encore les mêmes décors, ben au final on n'est même plus éblouis par leur beauté. Ce qui est sacrément chiant. Ça devient, tout au long de l'histoire, banal de voir des images aussi propres et soignées.
Et cela renforce encore plus mon avis selon lequel le choix de faire des décors photo-réalistes relève plus de la fainéantise que du vrai travail artistique. Comme ça, pas la peine de se casser la tête. On recopie les vrais paysages contemporains mais en animation. Pas la peine de varier les couleurs, la faune et la flore. Il suffit de retoucher ce qui existe déjà dans notre monde actuel.
Ben ouais, sauf que du coup, les décors sont à l'image du film:
Beau mais vide.
Il n'y a pratiquement aucune vie, les espèces de dinosaures sont peu nombreuses, l'immersion n'est pas totalement là.

Mais finalement, les Styracosaures retrouveront Arlo (par un plan assez cool, dommage qu'on n'ait pas introduit ces personnages de cette manière, ça enlève un peu la surprise) et enlèveront Spot.
Arlo se retrouvera abattu, démoralisé. Mais une vision de son père en mode fantôme apparaît pour l'aider et lui faire rappeler le message important du film qu'il a répété en début de film.
Pardon? Le Roi Lion? Vous avez tout compris.

Au cours de quelques péripéties, Arlo retrouvera Spot, le sauvera des griffes de ces ptérodactyles et affrontera son ultime peur: Le raz-de-marée, comme celui qui emporta son père. Mais les deux compères survivront. Ils se retrouvent même emportés par une immense cascade mais aucune blessure, tout va bien, et ils se téléporterons de l'autre côté de la rivière en un temps record. Les dinosaures sont des nageurs hors-pair à ne pas sous-estimer décidément!

Et vient, attention, ce pourquoi le film a été refait: La fin. Voici la conclusion du Voyage d'Arlo qui nous a forcée à attendre 1 an et demi de plus.

Spot découvre une autre famille d'humains, lui et Arlo se disent adieu, le petit garçon a désormais une nouvelle famille et Arlo rentre chez lui déposer sa marque.

C'est tout.
Voilà. Nous avons poiroté pour avoir cette fin-là! La fin la plus prévisible, la plus classique et la plus clichée à laquelle le spectateur pensera dès les premières minutes.
Même Rebelle et Monstres Academy avaient de meilleures fins qui surprenaient dans le bon sens du terme. Pour deux films qui n'étaient tous les deux pas géniaux, les scénaristes avaient au moins fait des efforts pour nous montrer qu'on n'avait pas non plus regardé les films pour rien.
Non pas que la fin du Voyage d'Arlo est ratée, mais elle suit un déroulement tellement plat, tellement facile, comment être surpris ou même investi?
Et finir le film sur un plan pompant Frère des Ours n'arrange rien.

Une fois le générique de fin qui apparaît, j'ai la sale impression de m'être fait avoir.
Il ne s'agit pas d'un film d'animation fait par des branleurs, il s'agit de Pixar! De la part d'un tel studio, j'en attends tellement plus. Et j'attends tellement plus d'efforts, tellement plus de sincérité et d'imagination.
Le Voyage d'Arlo n'a tout simplement rien pour lui. On ne le retient que pour son visuel superbe mais à part ça, c'est le néant.

Pourtant, des qualités demeurent. La musique de Mychael Danna et de Jeff Danna est très réussie. Le thème principal est digne d'un grand film d'aventures, l'orchestration crée une belle ambiance.
Et deux scènes dans le film sont mémorables.

La première, celle où Spot et Arlo tentent de communiquer à propos de leurs familles. Simple, très peu de mots, mais terriblement prenant et tellement plus intéressant que les autres séquences du film.
La deuxième, celle où Spot découvre d'autres humains et fait ses adieux à Arlo, le capital-sympathie du personnage fonctionne à merveille. L'émotion prend à quelques instants. Et une fois de plus, très peu de mots, juste des images.

Mais tout ça n'est malheureusement pas assez présent.
Le Voyage d'Arlo est probablement le seul Disney-Pixar uniquement destiné aux enfants. Il n'y a aucune surprise, aucune double-lecture, et l'humour (peu drôle et déjà vu) est clairement à destination du jeune public. (et encore, les enfants dans ma salle n'ont pas ri autant que je le pensais).

On se retrouve avec un Pixar fade et sans inventivité. Les critiques, quand même majoritairement positives, feront au moins l'effort d'admettre que c'est du vu et revu (mais pas trop non plus, un Pixar c'est sacré, si t'aimes pas, tu dois te taire).
Et cela n'est pas rassurant pour les années à venir...

Entre Le Monde de Dory, Cars 3, Coco, Toy Story 4 et Les Indestructibles 2, UN SEUL film est original sur les 5 projets jusqu'en 2019!
Et seulement deux films (Coco et Les Indestructibles 2) sont réellement prometteurs. Les autres n'étant que des suites tardives dont personne voulait et qui n'avaient pas besoin d'exister.

Vice-Versa n'avait pas juste été un bon Pixar, c'était un coup de coeur comme j'en avais rarement eu, un film d'une créativité et d'une générosité rarement égalée.
Alors voir que le même studio m'a apporté ce mois-ci un truc aussi insipide et chiant (parce que oui, je me suis ennuyé de la première à la dernière seconde, première fois pour un Pixar au ciné) que Le Voyage d'Arlo, ça me fait mal.

On sait que Pixar peut faire mieux que ça, alors qu'ils abandonnent cette stratégie des 3 films tous les 2 ans. Ça ne leur réussit pas, la preuve ici.
On pouvait faire tellement mieux.
Mais peut-être que vous arriverez à apprécier. Après tout, si certaines personnes ont été emportées, c'est que peut-être y a-t-il un aspect magique qui plaira à plusieurs.
Ça n'a malheureusement pas été mon cas et j'espère que les prochains films du studio à la petite lampe corrigeront le tir, bien que j'ai peu d'espoir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2977 fois
68 apprécient · 10 n'apprécient pas

Walter-Mouse a ajouté ce film d'animation à 7 listes Le Voyage d'Arlo

Autres actions de Walter-Mouse Le Voyage d'Arlo