Une canaille absolue

Avis sur Le dernier sou

Avatar 6nezfil
Critique publiée par le

Un directeur d’agence financière malhonnête tente d’escroquer un cycliste amateur qui entame une liaison avec sa secrétaire, amie d'enfance. Tourné par Cayatte en 43 pour le compte de la firme allemande Continental (comme nombre de films français de l'époque devenus des classiques), Le dernier sou, connu aussi sous le nom de La merveille blanche, n'est sorti qu'en janvier 1946. On y retrouve une atmosphère très noire et cynique, proche de celle du Corbeau, dont le scénariste a ici signé les dialogues. Très bon film où, aux côtés d'une excellente Ginette Leclerc, Noël Roquevert rafle la mise dans un rôle de canaille absolue sans aucune morale.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 430 fois
1 apprécie

6nezfil a ajouté ce film à 1 liste Le dernier sou

  • Films
    Cover Mon Occupation favorite

    Mon Occupation favorite

    222 films français ont été tournés pendant l'Occupation (certains d'entre eux sont sortis après la Libération). Mon objectif :...

Autres actions de 6nezfil Le dernier sou