La tragédie d'un roi sans divertissement

Avis sur Léo le dernier

Avatar TravisBickle
Critique publiée par le

Véritable rareté jamais éditée en DVD et BR. Une fable politique et dépressive, totalement singulière dans l'oeuvre de John Boorman. Pour autant, tous ses thèmes y sont - l'obsession du regard, civilisation contre culture - au profit d'une allégorie de la société occidentale de la fin des années 60, centrée sur un roi sans royaume, ou sans divertissement, incarné par un Mastroianni aussi à l'aise dans l'exubérance que la sobriété. Londres, réduit à une seule rue, reconstituée en studio, évoque déjà celui qui sera dépeint par Stephen Frears 10 ans plus tard, où dominent lutte des classes, violences interraciales, solidarités individuelles. Mention à la BO composée de blues et de gospels spécialement écrits pour le film. Et à la lumière quasi-mono-chrome de Peter Suschitzky, futur chef op attitré de Cronenberg. Prix de la mise en scène Cannes 1969. A conseiller aux aficionados du réalisateur et à ceux qui aurant déjà vu ses master pieces - Le Point de non-retour, Délivrance, Excalibur, Hope and Glory.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 166 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de TravisBickle Léo le dernier