John Woo's Back in Business, Hell Yeah Baby!!

Avis sur Les 3 Royaumes

Avatar Dalecooper
Critique publiée par le

Ce film de guerre virtuose marque le retour au pays pour John Woo. Et ça fait du bien de voir revenir un John qui en veut, après les compromis de MI-II, le ratage total (pour être poli) de Paycheck et l'accueil indifférent réservé au pourtant pas mal Windtalkers.

Le cinéma retrouvé de John Woo
Amitiés indéfectibles, sacrifices, idéaux grandioses et romanesques. Ces conceptions chevaleresques emblématiques du cinéma de John Woo sont de retour, cette fois contemporaines avec l'époque dépeinte.
Se basant avec brio sur les codes du xu xia pan, le film de capes et d'épées chinois, John Woo dépeint des guerriers du même bois que les gangsters romantiques de ses beaux jours: des hommes idéalistes, poètes et mélomanes.
Comme The Killer jouant de l'harmonica ou les soldats Navajos et Américains dépassant la barrière du langage grâce à la musique, ici un solo de cithare suffit à exprimer une décision politique.
Les guerriers sont à même d'apprécier la mélodie d'une flûte d'un enfant, flûte d'ailleurs rectifié par le roi lui-même, joué par un très bon Tony Leung, remplaçant au pied levé Chow Yun Fat (qu'est ce qui t'as pris de te casser putain, Chow Yun?).
Les correspondances avec les codes du cinéma Wooien sont d'une cohérence "à toute épreuve": que ce soit un chevalier protégeant d'une main un nourrisson tout en continuant à se battre, ou la présence de la traditionnelle colombe, symbole de pureté si cher à Woo. On la suit dans un majestueux travelling avant traversant la horde ennemie. Moyen de communication entre les héros, l'oiseau joue d'ailleurs ici un rôle stratégique autant que symbolique, la stratégie guerrière étant un des éléments importants du film .

La stratégie
Epiques, les batailles des 3 Royaumes ne s'appuient toute fois pas que sur le sang versé, mais aussi et surtout sur une science grisante de la stratégie.
Dépassés en nombre et en munitions, les héros se doivent d'utiliser leurs méninges pour pouvoir anticiper l'approche adverse: Formation du corps d'armes en tortue pour mieux surprendre l'ennemi, prise en compte de l'environnement climatique, que ce soit la brume permettant de récupérer les flèches jetées à vide par l'ennemi, ou l'aide surprise de la brise du vent d'ouest facilitant la propagation du feu des flèches enflammés.

On notera que la version européenne de 2h25 coupe dans un projet initial en deux parties. Mais si le spectateur européen y perd peut-être au change, force est d'admettre que le film en l'état, monté par l'immense David Wu, génie et fidèle collaborateur de Woo, est éblouissant de fluidité, les enjeux des combats étant toujours ramassés, clairs et prenants.

Putain, un bon film de guerre romanesque et intelligent par un John Woo motivé à tout donner, ça fait plaisir!!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 723 fois
6 apprécient

Autres actions de Dalecooper Les 3 Royaumes