Avis sur

Les 400 Farces du Diable

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

À la base, Méliès était un magicien et fournisseur de divertissements forains. Il est passé au-delà très rapidement lorsqu'il s'est lancé dans le cinéma. En 1902, outre son film-phare Le Voyage dans la Lune, la reconstitution 'anticipée' du Sacre d'Edouard VII, avec le soutien de Charles Urban, témoigne de l'avancement qu'il a déjà pris. En 1906 cependant, il est monté sur la pente descendante (bien qu'il s'apprête à construire un second studio), qui le conduira à la ruine et à l'abandon de sa carrière, après l'avoir achevée dans les mains de Pathé (1911-12).

Il réalise alors Les Quatre-cent farces du diable, film de 17 minutes (c'est encore colossal, les 'longs-métrages' sont des exceptions) qui est un peu son Lost Highway, ou un testament artistique précoce en forme de blockbuster personnel. Ces 400 farces mettent à jour l'ensemble des trucages et des techniques exploités jusqu'ici par le cinéaste, avec une débauche d'effets, de figurants et une dizaine de décors et scènes différentes. L'image est partiellement colorisée et la fibre burlesque mobilisée. La figure du Diable et le trope du pacte faustien, éléments récurrents chez Méliès, forgent à nouveau l'intrigue (c'est parfois Faust tout court, avec des adaptations directes : Marguerite/1897, Damnation/1898, Aux enfers/1903, Docteur/1904).

Ce film marque le point culminant du versant fantasmagorique de l’œuvre de Méliès, avec Le chaudron infernal (1903) – il y est passé aussi dans Le diable au couvent (1899). Le terme désignant à la base des spectacles où apparaissent des fantômes ou d'autres créatures surnaturelles de cet acabit (et pas un simple Satan ou une Lune malfaisante). Il en est également un dans l'onirisme grâce à la course de la voiture céleste. L'an suivant L’Éclipse du Soleil en pleine Lune ira plus loin et plus fort, en offrant dix minutes de fantaisies avec les astres. La multitude d'acteurs ne se contente pas de gesticuler avec fièvre comme dans d'autres opus fameux (de Méliès comme du muet), l'agitation est concrète et efficace.

Cependant le film garde les point négatifs récurrents quand Méliès dépasse la série de tours unique : certains temps sont démesurés (pour préparer le voyage ou pour admirer). Le rejet du réalisme, quasi-total ici contrairement au Voyage à travers l'impossible, rend cette tendance d'autant plus prégnante. La féerie continue de séduire, ou ses beaux morceaux d'interpeller si on est froid, mais les flottements de Méliès en tant que narrateur sont mis en relief. Enfin, pour créer tout ce défilé, Méliès a puisé en partie son inspiration dans des représentations du théâtre du Châtelet (peut-être le principal centre d'attention de cet auteur, piraté et pompé par les adversaires bien plus que l'inverse – même s'il s'est lancé avec un pastiche des Lumière, Une partie de cartes).

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 152 fois
2 apprécient

Zogarok a ajouté ce court-métrage à 4 listes Les 400 Farces du Diable

Autres actions de Zogarok Les 400 Farces du Diable