L'écart fantastique

Avis sur Les 4 Fantastiques

Avatar simgood
Critique publiée par le

J'ai lu ici et là les raisons financières de franchise pour lesquelles a été créé ce reboot, et à la limite je m'en fous un peu.
Tout d'abord, un bref rappel de ce que sont les vrais 4 fantastiques quand ils font leur première apparition en 1961 chez les comics Marvel. Ils ont une histoire et une origine: Ils sont 4 astronautes, ils se connaissent, ils vont dans l'espace, ils sont irradiés par des rayons cosmiques, ils en reviennent avec des super pouvoirs.
Le Dr Fatalis (Victor Von Doom), lui, vient d'un pays de l'est imaginaire (la Latvérie), où il est persécuté en raison de ses origines gitanes. Sa mère est un genre de sorcière qui vend son âme à Mephisto en échange de pouvoirs pour vaincre les mecs qui les persécutent. Elle meurt dans le combat. Victor a les boules. Le père, lui, est un guérisseur qui va tenter de soigner la femme du roi de Latvérie sans succès. Il s'enfuit avec son fils, meurt et le gamin (Victor) est recueilli par sa tribu de gitans. Victor a les nerfs.
Mais ses parents lui ont légué des trucs magiques dont il se sert pour devenir un super scientifique. Il se retrouve aux states avec Red Richards (le futur homme élastique) et invente une machine pour communiquer avec feue sa reum. Mais Richards le prévient que y a un danger, Victor n'écoute pas, le truc lui pète à la gueule et il est défiguré. Victor gnnnnnrrrr....
Il part au Tibet, se fait une armure et revient pour faire chier tout le monde.

Voila, alors maintenant, j'aimerais comprendre comment on en est arrivé au scénario de ce film:

Ben (la chose) est un ferrailleur, Red (l'homme élastique) est son meilleur pôte et bûche avec lui depuis sa plus tendre enfance sur la téléportation de matière, Johnny (la torche) est un noir fan de fast and furious, Suzan, sa soeur (la femme invisible) est blanche et a été adoptée (pourquoi? c'aurait été trop de mettre deux noirs?), Fatalis est leur acolyte un peu rebelle.
Lors d'une expo de projets scientifique, grâce à sa fameuse machine à téléporter, Red se fait remarquer par le père de Ben et Suzie qui "dirige" une école scientifique.
Le directeur embauche Suzie, Johnny le motard et Fatalis pour bosser, sur la machine à téléporter de Red. Après quelques efforts, ils téléportent un chimpanzé sur une planète dans une autre dimension qu'ils appellent planète zéro et le ramènent entier et vivant.
Au vu du succès, la NASA qui a misé des billes dans le projet, veut récupérer la machine et Fatalis, Ben, Red & Johnny sont dégoûtés et se saoulent la gueule. Complètement bourrés, ils décident de rentrer dans la machine pour visiter la planète zéro et y planter le drapeau américain. Là, déjà, y a un truc qui m'a perturbé. Pourquoi y-a-t-il juste 4 cabines dans la machine, vu qu'au départ, ils n'envoient qu'un singe? Et les gars qui ne sont même pas astronautes enfilent des combinaisons et rentrent dans la machine pour aller sur une planète inconnue comme s'ils allaient piquer des fraises dans le jardin du voisin. Mais admettons...
Sur place, c'est un no man's land avec un peu de relief illuminé ici et là par une énergie verte un peu chatouilleuse. Ils remarquent que l'énergie semblent être concentrée en contrebas d'une petite falaise qu'ils descendent en rappel (grâce à tout le matos d'escalade qu'ils avaient emporté par chance) histoire de voir ce truc dangereux de plus près. Johnny le ferrailleur, un peu péteux sur ce coup là, reste en haut.
Ils descendent la falaise et évidement, 30 secondes après tout se met à exploser de partout façon volcan en éruption. Les gars foncent vers le téléporteur mais Fatalis se casse la gueule de la falaise en criant "Aaaaaaah" et les autres parviennent in-extremis à rentrer dans leur monde en passant un coup de fil (ouais, y a la 4G sur la planète zéro) à Suzie, qui n'était pas au courant de leur ballade. Mais à son arrivée, la machine gavée d'énergie verte explose et tout le monde s'en prend plein la gueule. Red tente de se dégager de sous une tonne de métal et son corps s'étire, Johnny est en feu, Ben est couvert de cailloux. Quand à Suzy, elle a disparu. Vous l'avez compris, c'est une subtile manière d'expliquer les pouvoirs de chacun.
On retrouve nos quatre rescapés dans une base secrète militaire. Ben est en pleine dépression. Red flippe sa race et parvient à se sauver en promettant à Ben de revenir le sauver et trouver un remède à sa peau de cailloux qui ferait fuir un expert en dermatologie (même passionné). Un an après, ils l'attendent toujours et Ben a vraiment la haine contre son vieux pote. En attendant, la torche, la chose et la femme invisible effectue des missions militaires pour l'armée. Pour économiser en effets spéciaux, les efforts de la chose sont montrés sur une petite télé.
Ils retrouvent Red et le ramène à la base. A ce stade, on est déjà aux 3/4 du films tant les scènes sont inutiles.
Les militaires repartent sur la planète zéro et retrouvent Fatalis et le ramènent. Il est couvert de métal et semble mal en point A son réveil, il pète un câble, tue sans pitié tout un tas de gens dans la base et repart sur la planète zéro. Là, il crée un rayon qui commence à aspirer tout sur la planète terre. Les quatre super héros utilisent ce moyen de transport et défoncent Fatalis. Le combat est plutôt à chier. Ils reviennent sur terre glorifiés du sauvetage de notre planète. En récompense, on les laisse libres et on leur file un building pour effectuer leurs recherches.
Ils sont contents et à la fin, ils se cherchent un nom. Ben prononce le mot "fantastic" et Red décide que dorénavant, ils seront les 4 fantastiques. Tout ça dans la bonne humeur.

Une heure pour raconter des origines complètement farfelues, des effets spéciaux à chier, un combat plutôt pourri qui dure 10 minutes et une fin digne de Flipper le Dauphin.
C'était pourtant pas compliqué de faire une suite aux deux premiers films, d'autant plus que ce ne sont pas les scenarii qui manquent vu le nombre de bédés produites...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 184 fois
1 apprécie

Autres actions de simgood Les 4 Fantastiques