Amour Précoce

Avis sur Les Amants du Texas

Avatar LeCinemaDuSpectateur
Critique publiée par le

Les Amants du Texas de David Lowery est une œuvre qui ne peut sortir de son contexte cinématographie – position à double tranchant –. Symbole de la vitalité artistique du cinéma indépendant américain, le film fait également parti d’un genre devenu Roi dont le manque de nouveauté commence à se faire sentir : le Southern Gothic. Adoubé par Terrence Malick – chef de file logique -, il prône un cinéma naturaliste avec une constante recherche du mouvement et de la lumière. Ce genre s’inscrit dans une volonté de mettre au point des films d’atmosphère plus que des films de récit, comme pour mieux ressembler à la nature luxuriante et inquiétante des Etats du Sud dans laquelle l’homme est mis face à sa solitude et sa bestialité. Le Southern Gothic devenu routine du cinéma américain, n’ayant plus les grâces de la nouveauté, ne laisse ainsi éclore que les plus talentueux : Jeff Nichols (Take Shelter, Mud) ou Ben Zeitlin (Les Bêtes du Sud Sauvage). David Lowery est-il la prochaine révélation ?

Les Amants du Texas, suivant un modèle à la Terrence Malick, est une œuvre qui base son récit sur la digression. David Lowery entoure ainsi son histoire d’un mystère – forcément séduisant – en ne mettant pas le spectateur dans une position omnisciente, un confort que les réalisateurs lui octroient trop souvent. Le spectateur ne dispose pas d’explication, il suit le récit à la hauteur des personnages. Décrivant son œuvre comme une « chanson folk », le réalisateur américain signe des scènes-couplets qui prônent une certaine instantanéité de la vie et qui se catalysent autour d’un refrain : l’amour solaire que se portent Ruth (Rooney Mara) et Bob (Casey Affleck). L’ellipse devient alors un véritable mode de narration. David Lowery ne suit plus la mémoire évènementielle de ses personnages, mais une mémoire sentimentale. Il fait papillonner son récit en insufflant une douceur à ce couple dramatique. Le spectateur s’immisce alors dans un quotidien plus fort car plus proche d’une certaine notion de l’épopée.

Le long-métrage de David Lowery se veut proche d’une vision antique de la tragédie en reprenant le thème récurrent des amoureux transis. Souvent comparé à « Bonny & Clyde », Les Amants du Texas ne cherche pas l’héroïsme mais plutôt à la prétention de toucher au sublime. Les scènes de violence ou de coup de feu sont brèves et semblent tourner plus par nécessité narrative que par volonté de créer une acmé. David Lowery tente d’amener une notion chevaleresque du romantisme avec la dénonciation fatale de Bob pour sauver sa femme, pourtant coupable. Un sacrifice amoureux qui a pour but de protéger la vie, l’enfant que Ruth porte. Cependant, les personnages n’ont pas de profondeur. Cela n’a rien à voir avec le talent de comédiens de Rooney Mara et Casey Affleck qui illuminent l’œuvre, mais plutôt au fait que les rôles ne sont vu que par le prisme de leur couple. Ruth sera du début à la fin la femme attentiste, et Bob le fugitif. Ils n’ont qu’une seule facette dans une histoire qui pourtant se veut aux confins du drame psychologique avec le retour Patrick (Ben Foster) le policier sur lequel Ruth à tirer.

De plus, David Lowery abandonne progressivement dans cette deuxième partie son mode narratif elliptique. Le film s’enlise alors dans ce récit plus classique et perd le charme qu’il avait su créer depuis son ouverture malickienne dans un champ baignée de lumière vers laquelle se tourne sans cesse la caméra. Enfin, le scénario des Amants du Texas donne une certaine facilité et aisance à la fugue de Bob. Une facilité qui entache alors un peu la vraisemblance globale du récit. Presque jamais il ne sera inquiété par les forces de l’ordre, il vagabonde aisément dans un milieu qui devrait pourtant lui être hostile.

Les Amants du Texas permet à David Lowery de montrer qu’il est tout de même un réalisateur et un scénariste prometteur. Cependant, il faut qu’il s’émancipe de ses modèles qui le rattrapent, surtout Terrence Malick.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 529 fois
8 apprécient

LeCinemaDuSpectateur a ajouté ce film à 2 listes Les Amants du Texas

  • Films
    Illustration Films 2013

    Films 2013

    Avec : Zero Dark Thirty, Blancanieves, Foxfire, confessions d'un gang de filles, Paradis : Amour,

  • Films
    Illustration Festival Américain de Deauville 2013

    Festival Américain de Deauville 2013

    Avec : States of Grace, Ma vie avec Liberace, Marfa Girl, Les Garçons et Guillaume, à table !,

Autres actions de LeCinemaDuSpectateur Les Amants du Texas