👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Ceci est pure fiction et pure fantaisie sans aucun rapport avec la réalité"

Que penser de ce nouvel Almodovar, plus proche d'une caricature poussive de "Femmes au bord de la crise de nerf" que de la subtilité, l'humour et la force dramatique d'un "Volver" ou encore du plus récent "La piel que habito" ? Que c'est un pur moment de détente. Que l'Almodovar que l'on connait est toujours présent à chaque plan. Il n'a pas disparu, il a juste perdu quelque chose de sa subtilité. L'intérêt de son film ne dépasse certainement pas l'1h30 qu'il dure. Oui, ce n'est objectivement pas un bon Almodovar même s'il raconte partout dans la presse qu'il a fait une métaphore de la situation économique espagnole où il ne fait pas bon atterrir sur une piste d’atterrissage d'un aéroport jugé non viable et dont le responsable de l'arnaque se trouve dans l'avion, ironie du sort.

Dans cet avion rien ne sonne juste mais dès le début, par ces mots Almodovar nous prévient "pure fantaisie" clame-t-il d'entrée de jeu par un intertitre. Ne cherchons alors plus la vraissemblance. Tous sont poussés au paroxysme du cliché jusqu'à en devenir des personnages burlesques et finalement attachants (comme si tous les personnages de son cinéma se retrouvaient dans un avion). De la vieille vierge voyante persuadée qu'elle va perdre sa virginité, à l'équipe des stewarts peuplés d'homosexuels tous plus caricaturaux les uns que les autres, on voit dès le début que le parti pris n'est pas le sérieux. Et que ceux qui s'étonnent de cette représentation poussive de la figure du gay (oui j'ai même pu lire que ça pouvait rendre homophobes, les gens n'ont plus de limites quand même ^^), qu'ils regardent à nouveau les films d'Almodovar, où l'extrême est toujours mis en avant, où la différence s'affirme et se montre toujours comme telle (Agrado dans "Tout sur ma mère"), où le sexe domine toujours les relations (" Talons aiguilles" / "Femmes au bord de la crise de nerfs"). Oui, les thèmes chers à Almodovar sont ici présents teintés d’invraisemblance et de surenchère, c'est un moment de ""cracage""" total, où tous les codes sont dépassés, jusqu'à l'arrivée dans cet aéroport vide, glauque, où chacun se sépare, se rabiboche, se quitte pour toujours ou s'aime encore...

Un moment passager, pas d'une grande subtilité, mais qui se veut comme une parenthèse burlesquo-sexuelle (ce terme n''existe pas, je sais), qui ne s'éloigne pas tant que ça de l'univers d'Almodovar, qui sait toujours aussi bien mélanger les genres et passer d'un film à l'autre du drame hyper humain à la comédie hyper fantaisiste.... C'est léger comme un jeté de chapeau dans la mousse ... Rien de transcendant, rien de révoltant non plus, une parenthèse, presque hui clos, dans le cinéma d'Almodovar, toujours hanté par cette différence exagérée qu'il ne cesse de mettre en scène dans tous ses films !
Les Amants passagers
Grard_Rocher
6

Critique de Les Amants passagers par Gérard_Rocher

Au départ de Madrid, les passagers d'un A340 en direction de Mexico ne se doutaient pas qu'ils allaient vivre un voyage mouvementé. Tout se passe pour le mieux jusqu'au moment où les passagers vont...

Lire la critique

il y a 8 ans

32 j'aime

14

Les Amants passagers
eloch
6

"Ceci est pure fiction et pure fantaisie sans aucun rapport avec la réalité"

Que penser de ce nouvel Almodovar, plus proche d'une caricature poussive de "Femmes au bord de la crise de nerf" que de la subtilité, l'humour et la force dramatique d'un "Volver" ou encore du plus...

Lire la critique

il y a 9 ans

22 j'aime

10

Les Amants passagers
King-Jo
3

Almodover dose

Ce film m'a bien déplu. Je partais pourtant avec un a priori positif, appréciant le cinéma d'Almodovar. Mais là tout est too-much. Sous prétexte de vouloir faire rire le spectateur, Almodovar a mis...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

16

Juste la fin du monde
eloch
4

Le cinéma de Dolan est mort, vive le cinéma !

Qu'il est difficile de s'avouer déçue par un cinéaste qu'on admire beaucoup et dont l'oeuvre a su nous éblouir, nous toucher, nous transporter. Oui, je l'écris, ce dernier Dolan m'a profondément...

Lire la critique

il y a 6 ans

111 j'aime

12

The Voices
eloch
7
The Voices

"Sing a happy song"

Marjane Satrapi a été sélectionnée au festival d’Alpe d’Huez début 2015 (qui s’est déroulé du 14 au 18 janvier) pour son dernier film. Disons qu’au premier abord ça ne ressemble pas vraiment à la...

Lire la critique

il y a 7 ans

90 j'aime

7

Chungking Express
eloch
10

" Hier, on se regardait à peine ... Aujourd'hui nos regards sont suspendus "

"Chungking express" est un film que j'ai trouvé absolument merveilleux je dois bien vous l'avouer, je suis sortie de la salle où j'ai eu la chance de le voir pleine d'une belle joie, de l'envie de le...

Lire la critique

il y a 9 ans

86 j'aime

24