👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il se passe quelque chose entre nous, mais en fait pas vraiment. J'ai dû rêver. Avec presque rien, Xavier Dolan signe un deuxième film que certains pourront trouver poseur, mais avec quelle maîtrise ! Les références sont un peu partout. Chaque plan est sublime, à la limite trop léché, et à mesure que les ralentis se succèdent, le spectateur se laisse prendre dans l'imaginaire des amoureux. Il sourit à leur béatitude, rêve éveillé, repart avec leur musique en tête. Bang Bang. Avec presque rien.
Beecher
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Vu au ciné

il y a 11 ans

1 j'aime

Les Amours imaginaires
Aurea
7

Un fantasme incarné

Il a 21 ans et c'est son deuxième film : doué ce jeune réalisateur, même si ce long métrage fait un peu figure de cinéma expérimental. Maladroit parfois mais tout de même si inspiré, car finalement...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

29

Les Amours imaginaires
Anonymus
7

Critique de Les Amours imaginaires par Anonymus

Pour aimer "Les Amours imaginaires", je pense qu'il ne faut pas avoir peur du ridicule. Ce ridicule adolescent, que je connais à la perfection, mieux que moi-même, qui a été mon grand ami et que j'ai...

Lire la critique

il y a 10 ans

119 j'aime

4

Les Amours imaginaires
takeshi29
9

Quand des corps se frôlent au ralenti sur The Knife

Xavier Dolan confirme et même un peu au-delà. Son premier film, "J'ai tué ma mère", était étonnant et prometteur, mais ici on va bien plus loin avec un mélange risqué, presque prétentieux entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

61 j'aime

3

Monsters
Beecher
9
Monsters

La pieuvre par trois

Un film qui n'est pas vraiment ce que l'on s'attend qu'il soit et c'est tant mieux. Déjà parce qu'il s'appelle "Monstres" et qu'il réussi le tour de force de maintenir une tension bien plus palpable...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

The Social Network
Beecher
9

Haut débit

Ca commence par une conversation, ou plutôt un monologue. Un petit génie de l'informatique, que l'on qualifiera tour à tour de brillant, d'autiste ou d'égocentrique petit con, déverse son disque dur...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

Blocks That Matter
Beecher
9

Critique de Blocks That Matter par Beecher

Minimaliste et bien foutu, BTM est à classer dans la catégorie des petits jeux de réflexion qui ne payent pas de mine mais se pratiquent avec grand plaisir. Un tableau, une énigme, une solution : la...

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime