👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

On entend dire de ce film que c'est un bonbon sucré, une oeuvre pop. Un bonbon sucré? Ont-ils seulement vu la jaquette du film pour dire ça?
Ce film n'a de sucré que ses couleurs vives. Des couleurs joyeuses qui entourent une situation pourtant terrible bien que peu rare. Des couleurs qui montrent l'illusion qu'on a de l'amour, quelque chose de joyeux, de beau... Rien de joyeux ou de beau dans leurs relations. C'est la douleur qui domine.

Des plans toujours originaux, des interviews pour montrer toutes ces expériences d'amours imaginaires, deux protagonistes, deux façons d'aimer une même personne, une tension qui monte entre deux amis qui monte progressivement...

Une avancée faite en parallélisme (ce qui se passe chez l'un se passe chez l'autre), des plans, des regards et des gestuelles très subtils pour montrer, avec très peu de dialogues, leurs sentiments et émotions qui évoluent.

Une façon presque baroque de montrer les scènes d'amour qui deviennent comme des tableaux vivants et monochromes.

Une situation enfermante; les trois sont ensemble, on ne sait presque rien sur eux, tout est focalisé sur leur relation. Ils sont barricadés dans cet amour destructeur.

L'acteur qui joue Nicolas, Niels Schneider, est très bien choisi. Il est masculin sans être viril et féminin sans être efféminé, ce qui permet, en plus de son comportement d'être plongé dans le trouble quand à ses orientations exactes. Il est presque asexué.

De la subtilité, de beaux plans, on en demandait pas plus pour montrer une situation courante qui devient le point principal de leur existence et prend une importance énorme, comme cela arriverait à n'importe qui.
démoralisateur
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

6 j'aime

Les Amours imaginaires
Aurea
7

Un fantasme incarné

Il a 21 ans et c'est son deuxième film : doué ce jeune réalisateur, même si ce long métrage fait un peu figure de cinéma expérimental. Maladroit parfois mais tout de même si inspiré, car finalement...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

29

Les Amours imaginaires
Anonymus
7

Critique de Les Amours imaginaires par Anonymus

Pour aimer "Les Amours imaginaires", je pense qu'il ne faut pas avoir peur du ridicule. Ce ridicule adolescent, que je connais à la perfection, mieux que moi-même, qui a été mon grand ami et que j'ai...

Lire la critique

il y a 10 ans

119 j'aime

4

Les Amours imaginaires
takeshi29
9

Quand des corps se frôlent au ralenti sur The Knife

Xavier Dolan confirme et même un peu au-delà. Son premier film, "J'ai tué ma mère", était étonnant et prometteur, mais ici on va bien plus loin avec un mélange risqué, presque prétentieux entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

61 j'aime

3

Au hasard Balthazar
démoralisateur
1

de l'ennui en barre

Comment dirai-je. C'est la première fois de ma vie que je quitte la salle avant la fin d'un film. Au bout de dix minutes, j'ai commencé à envisager de partir. Je me suis rarement autant ennuyée,...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

3

Un homme idéal
démoralisateur
5

Pierre Niney ou l'homme de la situation

Ce qui m'agace avec ce genre de films, c'est qu'il y a de bons éléments et des mauvais qui viennent gâcher l'ensemble. Je m'explique. L'histoire en elle-même est plutôt intéressante, le personnage...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

Tom à la ferme
démoralisateur
9

La tension au pays des vaches

Changement pour Dolan! Un titre qui s'annonce pourtant bucolique mais la face inquiète de Dolan nous annonce la couleur: ce film n'est pas joyeux. Non pas qu'il ait pour habitude de donner dans le...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime