Les Animaux Fantasmatiques

Avis sur Les Animaux fantastiques

Avatar BatDark
Critique publiée par le

Vous connaissez la saga Harry Potter, mais vous ne connaissiez pas la magie avant. Avant Voldemort… Avant les mangemorts… Après les Reliques de la Mort… Il y avait… Grindelwald ! Rappelez-vous dans Harry Potter et les Reliques de la Mort – partie 1, un jeune voleur s’est introduit dans la boutique de baguette magique de Gregorovitch (en Europe) et lui a volé la fameuse baguette de Sureau. Plus tard, Voldemort se rend dans une prison pour faire parler ce vieux voleur… il s’agit de Gellert Grindelwald. On a donc la version jeune et vieille de Grindelwald, mais il nous manque la version adulte. C’est donc sur cette période que va suivre cette nouvelle saga du monde de la magie.

Réaliser un préquel sur les origines d’Harry Potter passe encore, mais à ce moment-là il faut que ça coïncide ! On commence donc en 1926, soit donc la naissance de Tom Elvis Jedusor (« Je suis Lord Voldemort »). À cette époque, il y avait donc déjà un puissant mage noir qui se faisait une puissante réputation dans le monde de la magie et le monde réel et qui a un malin plaisir à semer la terreur, le chaos et l’anarchie. Jusque-là, rien de choquant. Comme, les parents d’Harry sont encore jeune et que Dumbledore ne veut pas se battre contre Grindelwald, il nous fallait un sorcier qui soit capable d’avoir une place dans la saga Wizard. Donc J.K Rowling a fait des recherches et puis c’est souvenu qu’Harry avait étudié des livres à l’école Poudlard, pour que ça coïncide avec les dates elle a donc choisi : Norbert Dragonneau. En 1926, celui-ci est en route pour New-York pour une affaire d’animal.

Soyons réaliste sur ce film, on parle « d’Animaux Fantastiques ». Alors d’accord, Norbert Dragonneau est un voyageur qui s’occupe d’étudier les animaux de tout genre et il les garde toujours sur lui dans une valise. Pardons mais comme moyen de transport ce n’est pas la meilleure solution, c’est trop facile. Deuxièmement, pour des Animaux Fantastiques, ils ne le sont pas tellement. Les Animaux Fantastiques d’Harry Potter étaient plus impressionnant (Aragog l’araignée, Buck l’hypogriffe, Fumsek le phénix…), ils retenaient notre attention et avaient une certaine importance dans la continuité du film, alors que dans ce film on nous les balance tous en une seule fois : canard, serpent, singe, lion, rhinocéros… Ce n’est pas les Animaux Fantastiques mais le Zoo Fantastique. Bon d’accord, certain sont gigantesques, moyens ou minuscules mais fantastiques non pas vraiment.

Pour ce qui est du scénario du film, il n’y a rien de surprenant : les animaux fantastiques n’apportent rien à l’histoire principale. Je suis désolé mais J.K Rowling c’est pas foulé dans cette histoire. Elle a introduit Grindelwald dès le début du film de dos, on se doutait qu’il allait être présent dans le film sinon ça n’avait aucun intérêt. Genre un directeur du département de la Justice Magique de New-York qui développe des idéologies similaire à Grindelwald, faut pas être un génie pour comprendre que les deux personnes font qu’un. Ensuite, cette idée de tu te rends pas compte mais nos valises sont identiques et je prends la tienne au lieu de la mienne, c’est un classique. Et bien sûr comme à New-York, les animaux magiques sont interdits il fallait qu’ils sortent pour semer la peur chez les habitants, c’est trop simple que même moi j’aurai pu écrire ce scénario. David Yates a réalisé un film qui manque d’entrain et un peu soporifique, surtout le début. La magie a perdue de son charme par rapport à la saga Harry Potter, et les sortilèges sont peu prononcés.

Dans le casting, des acteurs et actrices non prenant et on n’attache pas autant d’importance aux personnages qu’à ceux de la saga Harry Potter. Eddie Redmayne dans le rôle de Norbert Dragonneau ne parle pas beaucoup et reste en retrait pratiquement tout le temps, le visage abasourdi et le regard dénué d’émotion. Le personnage n’en dit pas autant de son passé et évoque à peine ses sentiments pour les gens. Katherine Waterston dans le rôle Tina Goldstein, ex-aurore, est la sorcière cruche et pot de colle de cette saga. Cette coupe de cheveu carré et cette tête de linotte, on se demande comment elle a fait pour devenir Aurore, et on ne le sait absolument pas. Dan Fogler dans le rôle Jacob Kowalski, le « Non-Majs » comme ils les appellent en Amérique, est pitoyable et sans importance dans ce film qu’on se demande pourquoi ils ne lui font pas perdre tous ces souvenirs à la fin. Réponse… parce qu’il reviendra ! Alison Sudol dans le rôle de Queenie Goldstein, une legilimens (comme Voldemort mais sans le côté sombre), une sorcière soubrette qui fait très Ma Sorcière bien-aimée. Ce n’est pas elle qu’on déteste le plus dans le film mais on se demande franchement ce qu’elle peut trouver à ce Non-Majs, comme Hermione ce qu’elle peut trouver d’attirent chez Ron. Colin Farrell dans le rôle de Percival Graves est quelconque, son personnage n’est pas convainquant et il manque d’intonation. Ezra Miller dans le rôle de Croyance/Credence Bellbosse est juste pitoyable. Déjà dans Justice League il joue le boulet attardé, ici il joue les dégénérés et le monstre que tout le monde est supposé avoir peur. Désolé, mais il n’a pas le moindre regard du type torturé et apeuré. Et enfin, Johnny Depp dans le rôle de Grindelwald… j’ai été choqué. Lui, qui est connu dans le rôle de plusieurs films à la Tim Burton et au pirate le plus incompétent devient le mage noir des années 30… C’est grotesque ! J’aurais choisi un autre acteur à ma place, il y avait l’embarras.

Conclusion, un film à la David Yates sans exploit magistral. Je ne sais pas vous, mais ces films d’Harry Potter, les seuls que je n’ai pas aimés sont les volumes 5 et 6 qui manquaient cruellement d’éléments du livre, sans oublié le film Tarzan qui vaut rien. Pour un film sur les Animaux Fantastiques, ils ne sont pas la clef à l’histoire principale et n’apportent presque rien. Sans suspense, sans surprise, sans émotion et sans attache on se doutait que cette saga n’est pas finie et que J.K Rowling a d’autre projet pour le monde de la magie, alors qu’elle aurait dû arrêter tant qu’elle le pouvait. La suite, Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald… à suivre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 131 fois
Aucun vote pour le moment

BatDark a ajouté ce film à 1 liste Les Animaux fantastiques

Autres actions de BatDark Les Animaux fantastiques