Bras cassés.

Avis sur Les Apprentis

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Deuxième film de Pierre Salvadori, Les apprentis propose un duo qu'on peut croire opposé, mais que tout rapproche, et surtout l'amitié. François Cluzet est un écrivain raté sombrant peu à peu dans la dépression, et Guillaume Depardieu est ce qu'on appelle un branleur, à savoir un type qui ne fait rien de ses journées, qui s'en contente, et vit de magouilles en attendant que le temps passe.

Comme souvent chez ce réalisateur, ce sont deux personnages qui ne semblent pas accordés, mais c'est ce qui fait la force de ce film que je trouve en fin de compte touchant. Ils essaient malgré tout de s'en sortir, mais à chaque fois, ils s'y prennent comme des manches. Comme un braquage qui tourne à l'engueulade ou Guillaume Depardieu qui rencontre une jeune femme ... qui ne veut coucher avec lui qu'à la condition que son mec les regarde faire l'amour !

Il y a une mélancolie qui s'en dégage, avec une interprétation formidable de Guillaume Depardieu, avec des moments à la limite du burlesque, comme une descente d'escaliers sur des skis, ou les moments entre François Cluzet et sa soeur. Mais là où le film pêche selon moi, c'est dans l'image que je trouve d'une laideur repoussante. Je ne suis pas esthète pour deux sous, mais là, tout est gris ou sous-éclairé, et ça freine l'enthousiasme que j'aurais pu avoir.

Malgré cela, Pierre Salvadori confirme avec ce deuxième essai qu'il a son truc, et des comédiens de talent.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 289 fois
4 apprécient

Autres actions de Boubakar Les Apprentis