Plume au vent et collants verts

Avis sur Les Aventures de Robin des Bois

Avatar Vincent_Ruozzi
Critique publiée par le

Profitant de la capture de son frère, le roi Richard, le régent Jean s’empare du trône d’Angleterre. Cruel et cupide, le régent opprime le peuple en décuplant les impôts. Refusant de reconnaitre l’usurpateur, Robin de Locksley organise la résistance et tente de réunir la somme nécessaire pour payer la rançon de Richard.

Errol Flynn, l’homme qui arrive à garder la classe en collants verts. Une prouesse qui en dit long sur le charisme de l’acteur. Initialement, le studio de la Warner Bros avait jeté son dévolu sur l’acteur James Cagney pour incarner Robin des Bois. Errol Flynn, une étoile montante remarquée dans Captain Blood, fût finalement choisi pour interpréter la légende de la forêt de Sherwood. Un choix judicieux sans aucun doute. Poings sur les hanches, la tête projetée en arrière et riant aux éclats, Errol Flynn a fière allure comme à son habitude. Entouré d’un casting de talent, dont la belle et fragile Olivia de Havilland, l’acteur voltige, court, frappe avec tout le panache et la grâce dont il est capable. Une gentille canaille maniant l’épée aussi bien que la répartie, n’hésitant pas à venir narguer Jean dans son propre château (sans doute la meilleure scène du film), ferraillant avec fougue avant de s’enfuir dans un dernier éclat de rire cristallin.

Au milieu des années 30, les studios décidèrent de s’autocensurer et de restreindre de la violence au cinéma. Cette autocensure prit la forme d’un code, le Motion Picture Production Code, rédigé par deux prêtres jésuites. Désireux d’apporter une rigueur morale, proche des dogmes chrétiens, le code peut se résumer en quelques points :
- Pas représentation du crime.
- Respect de l’institution du mariage et de la famille.
- Interdiction de blasphémer et de se moquer de la religion
- Respect du drapeau
La Warner, qui faisait un tabac avec ses films de gangsters s’orienta donc vers de nouveau genres cinématographiques dont de grands films d’aventures.

Michael Curtiz, réalisateur prolifique avec une moyenne de près de 3 films par an, tourna Les Aventures de Robin des Bois en Technicolor trichrome, une récente technique révolutionnaire permettant de reproduire les couleurs à partir de pellicules en noir et blanc. La couleur était le nouveau choc cinématographie, une dizaine d’année seulement après la fin du cinéma muet. Ce procédé de Technicolor donnait un effet vaporeux, une particularité qui apporte beaucoup au romanesque du film de Curtiz.

Les Aventures de Robin des Bois est certainement l’un des premiers blockbuster du cinéma avec ses 2 millions de dollars de budget, l’utilisation du Technicolor et un casting de premier choix. Superman et consorts peuvent aller se rhabiller, le plus grand des super héros est anglais, porte des collants verts et arpente la forêt de Sherwood.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 636 fois
30 apprécient · 1 n'apprécie pas

Vincent_Ruozzi a ajouté ce film à 2 listes Les Aventures de Robin des Bois

  • Films
    Cover Mon Top 30 des années 30

    Mon Top 30 des années 30

    Classement en fonction de ma note. Les coups de cœur en tête pour chaque note. - Top 110 des années 2010 : http://www....

  • Films
    Cover Errol Flynn filmographie

    Errol Flynn filmographie

    Quels acteurs peuvent se vanter d'être toujours charismatiques? J'en connais peu, mais Errol Flynn est le premier nom qui me...

Autres actions de Vincent_Ruozzi Les Aventures de Robin des Bois