La naissance de l’archéologue le plus célèbre du cinéma hollywoodien

Avis sur Les Aventuriers de l'arche perdue

Avatar Sir_Stifler
Critique publiée par le

Sorti en 1981 sous la réalisation d’un certain Steven Spielberg et le soutien au scénario de son grand ami George Lucas, Les Aventuriers de l’Arche Perdue, rebaptisé depuis 2000 “ Indiana Jones et les Aventuriers de l’Arche perdue”, marque le début de la célèbre saga.

La saga met en scène un certain Indiana Jones, archéologue chevronné, partageant son temps entre l’enseignement à l’université et l’aventure de terrain à la recherche de trésors historiques. Vêtu de son chapeau fedora, de son blouson de cuir usé et équipé de son fouet à la ceinture, l’aventurier à la cicatrice au menton a révolutionné le genre aventure / exploration au cinéma.

Combinant aisément recherche d’artefacts et reliques du passé et scènes de castagne / courses poursuites, Indiana Jones a vite acquis le statut de 007 de l’archéologie. Ne reculant devant aucun danger, séducteur invétéré et expert dans son domaine, Indiana suit le seul objectif d’établir des faits d’histoire à partir de ses recherches et de ses trouvailles.

Face à lui : René Belloq, son alter ego français, archéologue tout aussi chevronné mais uniquement intéressé par le profit personnel, objectif pour lequel il se montre capable des pires alliances et stratégies.

Ce premier film prend place en 1936. Après une introduction au Pérou pour planter le décor, Indy se lance sur les traces de l’Arche perdue, dont la légende confère à son détenteur le pouvoir de mener n’importe quelle armée à la victoire. Cette quête mènera notre héros au Népal, en Égypte avant un final fracassant sur une île de la Mer Égée.

Allié à Marion Ravenwood, son ancien Amour au caractère bien trempé qu’il n’a pas revu depuis des années, Jones va faire face à une armada de nazis, alliés eux à Belloq, prêts à tout pour mettre la main sur cette “ arme “ aux pouvoirs divins, qui leur assurerait une victoire totale si elle tombait entre leurs mains.

L’intensité et le frisson sont au rendez-vous de cette quête légendaire et nous offrent des scènes d’aventure impressionnantes, où le danger semble toujours proche. Minutieusement dosé, l’humour s’invite à certains moments, comme lors de ce fameux affrontement avec l’expert aux sabres, apportant une petite touche de fun vraiment appréciable.

Après avoir vibré dans des décors authentiques pendant près de 2 heures, on a droit à une finalité au caractère atypique mais à la réflexion profonde. Celle où l’on doit admettre que « ne pas savoir » est parfois la bonne limite à ne pas franchir et la meilleure façon d’assurer sa survie.

La scène finale dans ce hangar gigantesque demeure toutefois frustrante, tant on a envie d’en savoir plus sur cette Arche, qu’on imagine tout au long du film finir dans un musée.

Héros intemporel du cinéma hollywoodien, Indiana Jones, incarné à la perfection par Harrison Ford et porté par la légendaire musique de John Williams, demeure aujourd’hui une icône du cinéma d’aventure / exploration.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 13 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Sir_Stifler Les Aventuriers de l'arche perdue