C'est bête le sud sauvage.

Avis sur Les Bêtes du Sud Sauvage

Avatar Jared Lethal
Critique publiée par le

Quel dommage, ce film m'avait été si bien vendu, par des gens d'univers et de goûts variés, comme un modèle de poésie et d'immersion que j'y allais plus que confiant de découvrir le dernier chef d'oeuvre d'un cinéma indépendant.

Hélas, au final je n'ai pas été happé par l'histoire de cette Hushpuppy, ni de ses compatriotes du Bathtub (qui se qualifient eux-mêmes d'animaux, et qui sont a priori lesdites bêtes du sud sauvage dont parle le titre), rammassis d'alcooliques, d'obèses, de vieux, de personnes sans but, sans avenir, sans rien d'autre que leur marais (mis à part peut-être l'institutrice). Et pourtant le film n'est pas mauvais, les acteurs sont tous très bons dans leur déchéance, et la petite Hushpuppy est magnifique de candeur, de naïveté, elle si innocente et pourtant capable de se défendre. J'ai passé le film à suivre cette petite fille à l'enfance sauvage qui apprend seule à abandonner la peur sans jamais parvenir à m'identifier, à m'approprier ses sentiments, sa peur, ses errances, bref je n'ai été que spectateur, observant à travers une vitre mais jamais invité à entrer mis à part au seul moment où elle et son père s'abandonnent enfin aux larmes. Trop peu longtemps. Dommage.

Et que dire de cette caméra qu'on secoue pendant la moitié du film ? pourquoi ce choix artistique de saborder sciemment son image ? (ne venez pas me dire que ce n'est pas un choix ça reviendrait à dire que le cadreur ferait mieux de changer de métier) Qu'une caméra bouge, je veux bien, une caméra épaule, ou pire au poing, est forcément instable, mais je ne comprends pas l'intérêt de simuler parkinson... Je n'y vois qu'une une volonté de s'attribuer un label "arty" ou "indie" et je trouve ça dommage d'avoir à brandir des défauts, qu'on s'est soi-même infligés, comme des signes de qualité artistique.

Heureusement, tous les plans n'ont pas ce défaut et certains prennent même le temps de montrer les choses, les gens, et ces lieux surréels, qui méritent effectivement qu'on s'attarde sur eux. Mention spéciale aux effets spéciaux qu'on n'attend pas dans un film indépendant à petit budget et grâce auxquels les Aurochs, fil rouge du récit, prennent vie jusqu'à cette image finale d'Hushpuppy seule face à ces incarnations de sa peur. Sublime. Enfin.

Bref, un film qui semble durer deux fois plus qu'annoncé, servi par une réalisation inégale, mais qui parvient cependant, bien qu'un peu trop rarement, à nous offrir des séquences magistrales.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1248 fois
10 apprécient · 2 n'apprécient pas

Jared Lethal a ajouté ce film à 1 liste Les Bêtes du Sud Sauvage

Autres actions de Jared Lethal Les Bêtes du Sud Sauvage